Mixage et mixité pour DJ Keutch

08/11/2022

DJ Keutch est l'un des noms à l'affiche du festival Bruits d'été de la FLAC aux Nymphéas. Un invité qui incarne cette volonté retrouver les bonnes ondes reçues chez OSCAAR ces derniers mois. En dépit de ses bientôt 30 ans de mix, l'amandinois se produit rarement près de chez nous. Ayant fait danser dans de nombreux clubs et festivals en Europe, il est un de nos artistes qui s'exporte le mieux. Ainsi profitons de sa participation à la soirée Disco qui ouvre les trois soirs de musique à Aulnoy-lez-Valenciennes pour lui consacrer ce focus.

A plus d'un titre le Hainaut a depuis toujours bénéficié d'une situation géographique propice à l'accès à la culture. Les premiers pas de DJ Keutch illustre à sa manière ce fait, quand on a autour de 20 ans dans les années 90 on entend l'appel des boites belges, pas si loin derrière la frontière. C'est ce contexte qui a amené celui qui était simplement Julien Vanbocquestal à découvrir la musique électronique. « C'était la belle époque de la Techno, je m'identifiais à ce que j'entendais », affirme-t-il. Après l'envie, la nécessité de s'équiper en disque, matière première et indispensable du disque jockey, cette-fois c'est en traversant la Manche que Julien allait faire son marché. « C'était une quête que d'aller se fournir, c'était essentiel pour pouvoir se construire une identité ».



De ses voyages à Londres, DJ Keutch n'a pas ramené que des vinyles, c'est la tête remplie des tendances britanniques de l'époque qu'il s'initia aux sons plus marqués par la basse, jusqu'au dub step, UK Garage et UK Funky. La pratique allait de soit, avec des mix de soirées entre amis pour se rôder, et ensuite direction les lieux qui bougeaient pour y jouer. « C'était les soirées dans la cave du Djoloff à Lille, avec des toasters ragga qui s'enchaînaient», Julien évoque ses souvenirs pour planter le décor. Il fréquenta aussi les nombreuses free party qui se tenaient régulièrement sur la région, et son expérience personnelle a beaucoup profité des avancées technologiques. Les platines sont passées du vinyle au numérique, ce qui a amené un gain de place, et une facilité d'accès aux nouveautés, « ça m'a permis de m'élever musicalement ».  

Le parcours de Keutch reflète sa pratique, c'est des expériences qui s'enchaînent, comme un DJ forme un set avec ses morceaux. C'est qu'il y mets du cœur à tenir son rôle de disque jokey : « je ne suis pas un juke box », il défend un principe de mixité : « j'apporte ma base et ensuite j'essaie de raconter une histoire, un truc cohérent ». Enfin, il prône une envie de partage : « avec des phases de découvertes musicales ». Sa collection de sons lui permet également de savoir piocher ce qu'il faut au lieu et à l'ambiance, comme il le fera avec le thème Disco de la première soirée de Bruits d'été. On ne peut que se féliciter que la FLAC ait décidé de le faire revenir près de chez nous, surtout dans le contexte des Nymphéas : « car ce qui manque c'est des endroits bien équipés pour le son, et c'est dommage », déplore Julien.  

Sans pouvoir vous annoncer de prochaines dates de ses passages en soirée, notez tout de même l'annonce de l'ouverture prochaine de cours de mix à l'université. Keutch avec Wallace du Sound Truck animent des initiations à Villeneuve d'Ascq en partenariat avec l'Aeronef, et la formule ouvrira en janvier sur le valenciennois. D'ici là retrouvez de nombreux mix de DJ Keutch en ligne aux liens ci-dessous, notamment ses Pandemix, réalisés lors du confinement.

DJ Keutch sur MixCloud

DJ Keutch sur Youtube

DJ Keutch sur Facebook

X.V.



C'est un voyage musical au XVIIème siècle que vous offre notre partenaire Harmonia Sacra. Avec Vêpres pour Saint François d'Assise découvrez les chants polyphoniques tels que les entendaient à Rome en 1665 grâce au talent de Jacques Duponchel. Un disque qui vous transportera, un véritable travail de recherche de l'association valenciennoise qui...

Irisée est le quatrième livre du poète Nicolas Minair, et le deuxième publié aux éditions du Lys Bleu. Ce recueil de haïku est un journal de bord de l'année 2021, où son auteur a capté des journées, des instants, et des paysages dans des courts poèmes à la forme venue du Japon.