Au bout de la course : un focus sur Franck C.

15/09/2022

Ce ne fut pas facile tant il ne tient pas en place, mais nous avons réussi à nous entretenir cet été avec Franck C, alias Cap'tain Boogy. Tour à tour musicien, bénévole dans de l'associatif culturel, porteur de projets en solo ou en groupe, il est aussi depuis peu un homme de lettre, et il est là tout le paradoxe du personnage. Il y a ce côté loup de mer, qui a pourtant ce besoin de s'entourer. Dans son vocabulaire, beaucoup de références à la famille, un trait de personnalité qui devient une réalité quand il crée aux côtés de sa fille cadette. Faisons la somme de ses facettes, et intéressons-nous à Franck C, cet anonyme à la production publique.

Photo: © Ana Lucia Montezuma
Photo: © Ana Lucia Montezuma

« Elle court toute la journée, elle court de décembre en été », dit la chanson. En remplaçant le genre, on aurait là quasiment un portait de Franck C. Quasiment car il est rare pour lui de faire un bébé tout seul, en général il aime s'entourer et se crée des familles. Il y a Simon Beudin de Boar Prod qu'il surnomme son « gamin », ou Véronique Renard présidente de Cap Escaut amicalement appelée sa « grande sœur ». Avec ses liens de sang il a un pied à Dunkerque, l'autre dans le sud à Nîmes, mais son cœur est bien dans le valenciennois. Quand on discute avec lui, il a forcément une citation de Brel qui vient s'immiscer, Franck est comme le grand Jacques, il est certain que la fidélité entres hommes existe, et il fait tout pour l'entretenir.


Votre publicité ici

Contact: 07-64-55-86-42


Pour comprendre sa démarche et sa philosophie, revenons dix ans en arrière lorsqu'il a quitté la côte pour s'installer près de chez nous. Il en a fallu de peu pour que ça ne se fasse pas, il avait à l'époque le projet de tenir un café en Bourgogne, mais les investissements pour ce faire étaient conséquents, c'est donc près de la frontière qu'il continua son métier d'éducateur. Une rencontre décisive allait figer son destin, celle avec le regretté Frédérique Driwa, « j'ai signé pour un album, et les portes se sont ouvertes ». Un premier pied dans ce réseau valenciennois, qui lui sera salvateur après le drame des attentats du Bataclan qu'il vécu de l'intérieur. Très vite après le 13 novembre 2015, une évidence s'est imposée à Franck ; c'est par l'ouverture à la culture qu'on répond à l'obscurantisme. Une réponse qui prendra corps avec le festival Tertous Debout, lancé dès janvier 2016 à Vieux-Condé. Son caractère allait ainsi rencontrer sa soif de vivre : « la solitude fait un bruit incroyable, c'est assourdissant, autant faire des choses ensemble, tout seul tu ne t'en sors pas... et j'ai découvert l'associatif. Tertous debout c'est un déclencheur et une école aussi ». Tante Adèle et la Famille, Cap Escaut, et les artistes du territoire, des rencontres qui allaient ouvrir un nouveau volet.

« Je suis quelqu'un qui doute de lui, qui n'a pas confiance, je suis peut-être encore le petit gamin qui prend cher dans la cour de récré », il souligne quelques blessures qui sont sources de motivation. « C'est peut-être cette course là que je devrais ralentir », répond-il à ceux qui s'inquiètent des effets de son activité débordante. Car si au début il n'y avait que Cap'tain Boogy porté par l'amour du blues et du rock, désormais Franck C essaie de reprendre le dessus sur son personnage : « c'est rigolo Cap'tain mais des fois c'est embarrassant, il m'emmerde tout comme il peut être utile ». Il ne laisse pas tomber son activité de bluesman même si il y a pensé à un moment, mais dorénavant son alter-ego servira à se projeter. Le meilleur exemple est la pochette de son dernier EP, où il tient la main de Roxy, sa cadette et dernière collaboratrice d'une longue liste. D'ailleurs son pseudonyme est une fois de plus une histoire de famille, c'est son aînée qui l'a trouvé lorsqu'ils écoutaient ensemble le deuxième opus du trio liégeois The Experimental Tropic Blues Band. La petite Dani (nom changé) a suggéré qu'il emprunte le nom du disque intitulé Captain Boogie, ce qui fut validé par le musicien.

Avec Laurent Bultot et Maxime Mrowiec
Avec Laurent Bultot et Maxime Mrowiec

Outre le disque enregistré dernièrement avec les collégiens de Thiant, Franck assure que Cap'Tain Boogy aura un avenir, « avec une nouvelle énergie. Je le revois de manière un peu plus ludique », mais pour l'instant c'est d'autres actualités qui l'animent. Tout d'abord son livre qui témoigne de son expérience de victime d'attentat titré A Porta Gayola. « La suerte par laquelle le torero attend l'entrée du taureau dans l'arène, seul agenouillé devant la porte du toril » nous dit Wilipedia sur cette expression en espagnol qui l'a inspiré,. « Ayant de la famille dans le sud, j'ai toujours eu une fascination pour la tauromachie », confie-t-il. Franck y voit surtout un symbole des yeux braqués, du souffle du public qui se retient, dans ces derniers instants qui mènent au procès des attentats du Bataclan. « Le toréador est à genoux, il fait pas le beau, j'étais fasse à mes peurs, et il faut accepter le risque » dit le sur-vivant, selon le jeu de mot qu'il a adopté sur la couverture. Ce livre est un écho au trauma qu'il avait déjà évoqué dans sa chanson La Bête, et qui est désormais condensé dans son ouvrage auto-édité.

Avec Simon Beudin
Avec Simon Beudin

Dernière actualité et pas des moindres avec le lancement officiel de Fraench Social Republik. Un projet ambitieux présenté au public au début de l'été. Ici Franck lâche la pression, en étant membre d'un collectif : « FSR ne s'est pas fait autour de moi, je l'ai proposé, mais à la base c'est né d'une conversation avec Laurent Bultot. C'est un produit du confinement, un jeu de relation épistolaire pour ne pas couper les ponts ». Aux côtés de Franck et Laurent, on retrouve un assemblage de talents avec entre autres Fabien Ménart, Simon Beudin, Joni Ile, Maxime Mrowiec, ou Romuald Cabardos, pour ne citer qu'eux. Un projet dont nous reviendrons plus en détail dans une prochaine publication. Pour l'instant l'essentiel à retenir est que Franck C est à un moment charnière de sa vie personnelle et artistique. « Quand tu commences à courir, la machine s'emballe, j'ai envie de m'arrêter mais je ne sais pas dire non, l'idée serait peut-être de courir différemment ».  

Avec Camille Fillioux
Avec Camille Fillioux

On sent chez lui le désir de passer le bâton témoin, d'être aux prémisses d'un changement de rythme, ou comme il le dit : « de plus en plus l'envie de m'effacer. Définir le cap, et donner la barre ». Construire et léguer seraient ses mots d'ordre. D'autres créations sont en chantier comme l'écriture d'un deuxième livre, consacré celui-ci aux anonymes et petites mains, bénévoles de festivals et saisonniers sans qui rien ne serait. Vous le verrez également prochainement en concert aux côtés de Camille Fillioux dans un duo en hommage à l'auteur du Gorille, avec un nom sans retenue : « Georges Profonde & Brassens à l'air ». Encore de belles et riches actus qui nous permettront de parler à l'avenir de Franck C, de ses facettes, et de ses familles.

X.V.



Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...