Valenciennes porte d'entrée du tourisme du Nord, selon Vincent Simonnet

18/10/2021

Dans cette période post-confinement, la vie culturelle reprend près de chez vous, et vous en témoignez par votre engouement. Cette dynamique a bien été comprise par Valenciennes tourisme et congrès. Une envie de renouveau symbolisée par leur arrivé dans de nouveaux locaux avenue des dentellières, mais également par la prise de fonction de Vincent Simonnet en début d'année, qui succède à Pierre Labonté au poste de directeur général. Monsieur Simonnet a reçu Valexplorer pour évoquer le potentiel du territoire, et les chantiers en cours.

Il n'y a pas de hasard, c'est en tant que touriste que le poitevin Vincent Simonnet a découvert notre région. Sa porte d'entrée s'est faite il y a 20 ans par le musée de Lewarde, sans savoir à cette époque qu'il intégrera la structure en tant que chargé du développement des publics en 2005. En 2018, il fit son arrivée à Valenciennes dans les services de l'office de tourisme en tant que responsable groupes loisirs et business. Vincent nous confie ses premiers ressentis sur ce Nord qu'il a appris à connaître : « il y a ce côté très attachant, très vite j'ai compris le fort potentiel ». Il rappelle la situation géographique, ses nombreux accès, et il rattache tout cela à la culture : « il y a un tel foisonnement, un tourbillon même. Si on veut voir un artiste on hésite sur le lieux et les scènes à proximité ».

Chacun observe les conséquences de la crise du COVID sur notre quotidien, mais pour Vincent Simonnet et son équipe, les répercutions pourraient être exploitées de façon positive. « La proximité et le bien-être font partie des fortes demandes. Et sur ces points, le Nord et en particulier le valenciennois sont très bien placés ». Il développe cette idée : « les gens veulent sortir du grand urbain, et Valenciennes est une ville à taille humaine. De plus on a ces deux offres, entre l'urbanisme et le vert ». En somme, la découverte avec des moyens humains, de la marche ou du vélo, les facilités apportées par les transports en commun, et même cette frontière si proche offrant un dépaysement rapide. Enfin il y a ce « slow tourisme », devenu un argument auprès des visiteurs, symbolisé par le valenciennois rural, et les cadres offerts à Sebourg ou Rombies et Marchipont pour ne citer qu'eux.

Vincent Simonnet sait qu'il a cette chance de succéder à la dynamique instauré par Pierre Labonté, et rend grâce à cette équipe « forte de ses profils et de ses compétences ». Il en parle comme des passionnés, qui sont les premiers à aller au contact et à la découverte, « constamment en train de se former, et riches d'idées ». Et sur ce constat, à lui de tenir la barre avec des objectifs qui exploiteraient encore plus le potentiel existant. Il cite le Royal Hainaut, « cette pépite », ainsi que l'ensemble de l'offre hôtelière, il regarde vers la Porte du Hainaut pour que les projets « ne se limitent pas à des contours administratifs », et envisage tous ces chantiers nationaux dans lesquels Valenciennes a son rôle et sa place comme la future étape du tour de France à Arenberg, ainsi que les retombées du canal Seine-Nord.

Il y a une expression employée par le directeur général qui confirme ce que nous écrivons régulièrement à Valexplorer : « il y a ici ce côté famille, les ressources sont exploitées par un fort réseau, soudé et bourré d'initiatives ». C'est ce que vous retrouvez dans nos articles quand sans forcer le trait on vous parle du Hainaut Belles Bretelles qui a des passerelles avec la MJC de St Saulve, ou des partenariats entre la FLAC et le Phénix par exemple. Et tout cela Vincent Simonnet l'a compris, il sait que le volet culturel est ici l'affaire de tous, sans concurrence mais avec de l'unité. Il souligne également la rapidité avec lesquels les projets sont montés, « sans précipitation mais avec un savoir-faire efficace ».

« Valenciennes peut prendre sa place de porte d'entrée du tourisme dans le Nord », Vincent Simonnet en est convaincu. Il y a ici cette envie de satisfaire le touriste, selon ses termes. Un constat partagé par Valexplorer, votre média fort de la matière première de notre territoire.


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...