Valenciennes et les valenciennois en chanson

22/11/2021

A l'occasion de la sainte Cécile, Valexplorer met en avant ces musiciens qui ont chanté Valenciennes. De Mimi Blacker aux Bons Garchons, ils ont mis en musique la ville, son club de foot, ou même ses bistros. Un dossier qui comprend également ces chansons sur des anonymes glorifiés comme la fameuse Tante Janine, ou encore des événements tel le Hainaut Belles Bretelles.

De mémoire de Valexplorer, la plus ancienne mention de Valenciennes en chanson contemporaine vient de Mimi Blacker et son morceau consacré au club de foot de la ville. « Allez V.A., allez V.A, allez », vous avez forcément l'air en tête. L'artiste qui a écumé les scènes du monde entier avec ses claquettes n'a jamais oublié son coin, et c'est avec un air jazzy qu'il a célébré son club de cœur, et cela dès 1971.

50 ans plus tard, Fe (Esteban Fernandez) « a trouvé l'amour, le grand, sans détours » dans son titre éponyme à l'Athènes du Nord. Intitulé tout naturellement Valenciennes, ce morceau est devenu un phénomène en ligne, avec pas moins de 30 000 vues pour le clip sur Youtube. Un road movie à vélo où chaque rue nous est si familière. Esteban s'était confié à Valexplorer sur la genèse de ce titre, et l'avait défini comme « une lettre d'amour à ma ville ».

En 2008, les Bons Garchons sortaient leur album « Aux biloutes à z'ailes », et sur ce disque la bande à Alain Deruche chantait son attachement pour la ville du Nord dans un format étonnant. En effet, le titre El Valenciennoise est un OVNI dans la production du groupe, plus habituée aux chansons à boire et à danser, ce morceau a une influence jazz. « A cette époque on voulait tenter différents styles, comme le flamenco », explique le chanteur de la formation. Il développe en disant que le ton voulu était l'optimisme, comme pour rendre hommage aux lieux qui les ont accueilli. Dans les textes on entend donc « jouons valenciennoise, de Fresnes à Paris (...), un hymne à l'amour sans drapeau ni tambours, une ch'ti Marseillaise ». 

En prévision de ce dossier, Chris Talldark nous a fait parvenir une archive datant de 2011. C'est dans le cadre des actions menées par Structure pour l'éphémère que le chanteur a composé et interprété « Ainsi va l'antienne ». Une performance à l'occasion de la St Valentin, où l'artiste a dévoilé en live sa composition dans le froid de l'hiver de exactement 00h02 à 00h06. « On s'est aimés à Valenciennes / Tu m'as laissé à Valenciennes / frayer mon p'tit chemin souterrain / effrayé par la ville ancienne... », chantait-il à l'époque. Et plus proche de nous, c'est une véritable lettre d'amour qu'il a composé pour le café restaurant Chez Jules et Madeleine au Clair de Lune. Nous étions en 2018, et voici un extrait des paroles, une déclaration pur jus de Chris : « Chez Jules et Madeleine, On se tape sur la bedaine. On décroche la lune, pour la déposer aux pieds d'une blonde ou d'une brune ».

Chez Jules et Madeleine au Clair de Lune a inspiré d'autres artistes, à l'instar de Olivier Clément de Palissandre, avec « son petit bistrot de la place de la barre ». Un air entraînant écrit en 2016 qui reflétait ces moments en musique autour de Thibaud, de toute l'équipe, et des habitués. De nombreuses soirées se sont terminées avec les paroles de la chansons reprises en chœur. Et au delà de cette chanson, c'est l'album de la formation qui rendait hommage au bar. En effet le disque sorti en 2020 et intitulé « au petit bistrot » avait comme visuel la façade de Chez Jules et Madeleine au Clair de Lune.

Autre café valenciennois qui a eu droit aux honneurs d'une chanson avec « El Kermesse », qui était situé dans le quartier du Neuf Bourg. C'est à Tante Adèle et la Famille que l'on doit cette composition, « pour cette brasserie qui a dû fermer notamment pour tapage nocturne, et on en est un peu responsable » peut-on entendre dire le chanteur Raf dans leur disque enregistré aux Nymphéas « Mieux vaut live que jamais ». Cette chanson est une immersion dans cet endroit qui d'après les paroles sentait le Maroilles dès qu'on passait la porte, et à ses gérants « Matthieu, derrière le comptoir et le torchon sur l'épaule et l'patronne Nathalie ». Une des rares chansons de la formation en kilt avec un accent rouchi. Une autre à retenir serait Marie-Toutoule, extraite de l'album Bin Quoi?!, qui honorait cette figure locale denaisienne.  

Autre personnalité locale qui est encore aujourd'hui chantée serait « Ma Tante Janine », une émigrée polonaise qui a vécu à Thiers et Fresnes. C'est le regretté Franck Trommer qui a écrit cette chanson, comme un hommage aux artistes qui connaissent la précarité, et qui depuis est repris comme un bâton témoin sur scène par les Bons Garchons, Tante Adèle et la Famille et plus récemment les Futs d'Oson. D'ailleurs à propos de cette dernière formation, elle s'est créée suite à une édition du festival d'accordéon qui se déroule traditionnellement à Hergnies lors du week-end de la Pentecôte. Et leur première chanson et leur tube est ainsi naturellement intitulé « Belles Bretelles ».

Pour conclure ce dossier, ce n'est pas une chanson qui fut consacrée aux mineurs et à la fosse d'Arenberg mais bien toute une comédie musicale. Issue de l'imagination de l'onnaingeois Vincent Handrey, ce spectacle chanté avec des airs entêtant comme Galibot a dorénavant déjà 20 ans. « Dans Germinal, Zola a mis en avant le misérabilisme avec la condition ouvrière. De mon côté j'ai préféré garder le côté humain, avec ses joies et ses peines, de l'estaminet au bal populaire », nous avait confié le compositeur en 2018. Une pépite locale, ou même une gaillette, qui a su s'exporter dans toute la France.

Enfin Vincent a prouvé plus d'une fois son attachement en musique à notre territoire. On citera entre autres, son album intitulé "Ah ce que l'on est bien dans le Nord" et la piste "Dans les rues de Valenciennes", sorti en 2005. L'église de sa ville d'Onnaing où C. Jérôme était témoin à son mariage a également eu l'honneur de sa plume pour une chanson exclusive. Et pour boucler la boucle avec Mimi Blacker, Vincent a composé dernièrement le nouvel hymne des supporteurs de l'U.S.V.A.

Ainsi se conclut ce dossier, avec vous l'aurez compris autant de variété dans ses compositions que d'amour pour notre territoire. Un condensé qui nous permet de souhaiter une bonne sainte Cécile à tous nos amis musiciens qui donnent de la matière à Valexplorer.

X.V.

Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...