Un grand bonhomme en mousse pour le spectacle Mascotte à Mortagne

24/08/2022

On les trouve dans les parcs d'attractions ou même dans les zones commerciales. Elles sont joviales et d'apparences douces, à l'effigie de personnage de dessin animé ou de publicité, ce sont les mascottes. Colorées, et abordables, ont aurait tendance à oublier la personne qui habite le costume. Afin de redécouvrir l'être derrière, la compagnie Jusqu'ici tout va bien a imaginé un seul en scène, où un artiste de cirque va tenter de s'extirper de sa coquille. Une ode à l'individu à découvrir à Mortagne du Nord ce samedi 3 septembre.

Adrien Taffanel est circassien, spécialisé dans l'équilibrisme sur main, mais avant de se lancer dans sa carrière il a connu d'autres boulots : « j'ai fait mascotte dans un village vacances », se souvient-il. Cette expérience fut l'une des bases de la création du spectacle présenté ce 3 septembre à Mortagne du Nord. L'autre axe qui l'a poussé avec la compagnie Jusqu'ici tout va bien à monter cette création serait son rapport au physique : « j'ai eu l'envie de travailler dans un corps qui n'était pas le mien ». Avec les marionnettistes Ombline de Benque et Marion Belot, ils ont imaginé ce bonhomme aux oreilles de lapin et ses 10 kg de mousse qui le recouvrent entièrement.  



« Face à un objet souvent utilisé en marketing, on s'attaque à l'univers de l'enfance ». C'est qu'elles ont ce côté inoffensif ces mascottes, à tel point qu'elles effacent la personne qui les incarne. Derrière ce métier de divertissement se cachent des similitudes avec d'autres professions : « il y a tous ces vendeurs habillés pareils, qui répondent de la même façon à vos questions. C'est la disparition de l'humain », explique Adrien Taffanel. Ainsi dans son spectacle « festif qui devient plus abstrait par la suite », l'homme tente de s'évader de son habit comme de sa condition, mais la dualité persiste, « Ce costume on y rentre de façon ordinaire, pour ensuite avoir des difficultés à y re-rentrer ». De nombreuses allégories sont exprimées, et des fois elle ne viennent pas de la scène : « les gens me disent que c'est comme une naissance ». Autant de lectures que d'âges pour apprécier Mascotte, parents ou enfants y vont chacun de leur sensibilité.

Selon Adrien Taffanel, « la mascotte n'a pas le droit de parler, c'est le corps qui s'exprime », il se laisse tout de même aller par deux fois à l'exercice de la lecture lors de la représentation. De plus, l'habillage n'est pas que physique, les sons viennent aussi remplir l'espace avec les variations musicales de David Paycha. Il y a une gêne mais également un confort dans ce costume, « entouré de mousse, je peux tomber sans me faire mal », l'acrobate sait y voir des bons côtés.

Mascotte se jouera ce samedi 3 septembre sous la halle couverte de Mortagne du Nord à 14h (repli à la salle des fêtes de la commune en cas de météo très défavorable), suivi d'un grand goûter bio des familles. Une proposition de Tous Azimuts et de la commune. Renseignements au 06 79 78 06 77. Ce projet s'inscrit dans le cadre de "L'Été culturel", manifestation à l'initiative du Ministère de la Culture et bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles des Hauts-de-France (DRAC).

X.V.



Déjà la dix-huitième édition pour la fête de l'Imaginaire. Une fois de plus un riche programme qui comprend le salon du livre jeunesse, le festival du cinéma de Douchy-les-mines, des expositions, des spectacles, et bien plus encore. Pour tenter d'y voir plus clair dans ces trois jours de fête du 22 au 24 février, Valexplorer détaille les...

Muriel Verstichel est ce genre de personne qui vit ses passions en les partageant. Véritable touche-à-tout, elle est connue pour être tour-à-tour plasticienne, engagée dans le monde associatif, et également femme de lettres. C'est sur ce dernier aspect de sa personnalité que nous allons nous arrêter à l'occasion de l'article que nous...