Trois événements, une tendance : la culture se partage entre tous les âges

22/11/2021

Nous vous l'avions annoncé, le week-end dernier était riche en événements culturels. Valexplorer s'est rendu sur trois d'entre eux, qui reflétaient cette envie de partage, pour les petits et les grands. Il s'agit du salon du livre jeunesse de Douchy les mines, les comptoirs d'arts du Boulon à Vieux-Condé, et le salon de la BD de Valenciennes. Trois lieux, des similitudes dans les ambiances, et surtout la même envie de fédérer.

Le salon du livre jeunesse était le temps fort des trois jours de fêtes à Douchy les mines. D'ordinaire intégré à la fête de l'Imaginaire à côté du cinéma et d'autres spectacles, ici le salon était présenté ce samedi 20 dans une thématique autour des droits des enfants. Alexandra Pulliat, adjointe à la culture explique la nécessité d'avoir tenu l'événement : « avec le livre on travaille sur la citoyenneté dès l'enfance. Un salon comme celui-ci c'est aller vers l'autre, le livre est un objet d'ouverture, il crée l'empathie ». Surtout que la municipalité n'a pas dérogé à cette tradition du bon de réduction de 5€ qui soulageait les achats d'ouvrages : « on connaît le prix du livre actuellement » souligne l'adjointe, « mais ce qui n'a pas de prix c'est de voir les jeunes choisir et repartir avec leur ouvrage. Je suis bien placé pour en parler, je l'ai vécu avec mes enfants, qui même si ils ont grandi ont gardé ces livres dans leur bibliothèque ».  

Un petit bémol autour de ce salon, il n'a pas été comme d'habitude préparé en amont avec le concours de l'éducation nationale en proposant des rencontres d'auteurs dans les classes, encore une fois à cause du contexte de la crise sanitaire que vous connaissez tous. Cela dit, d'autres points forts sont à souligner, comme le beau plateau d'auteurs. Allant de références du genre de livres pour enfant comme Laurent Corvaisier, parrain de cette édition, ou Julie Beyaert-Dauvillaire, auteure et enseignante de Douchy les Mines. Après cette édition un peu spéciale, François Derquenne en charge des affaire culturelles nous le confirme : le salon reviendra en février lors de la fête de l'Imaginaire. Rendez-vous est pris !

Du dimanche, Valexplorer s'est rendu au quatorzième salon de la bande dessinée de Valenciennes qui se tenait au Palais des congrès. « Parmi les visiteurs, on peut y voir des enfants de 7 ans, tout comme des lecteurs aguerris de 70 ans », Aurélien Adam en charge de la communication de l'événement reprend quasiment mot pour mot le slogan du journal de Tintin. On observait que sur le salon, on ne trouvait pas vraiment un visiteur type, preuve de la diversité qui attirait le public. En effet, la BD étant déjà un genre assez large, elle rassemble à elle-même toute une variété de goûts. De plus, outre les auteurs en dédicaces et les nombreux stands, diverses animations étaient proposées, avec entre autres les impressions 3D, des ateliers, des lectures, des marionnettes, jusque des conférences.

L'enjeu du salon se trouvait dans son intitulé, en étant international il a fallut conjuguer avec autant de contraintes liées au COVID que de nationalités présentes. Aurélien explique le contexte : « il a fallut se coordonner avec les différentes règles. Mais ça aurait été dommage de ne pas faire venir nos auteurs italiens ou espagnols qui reflètent la diversité du genre comics ». Ils étaient cinquante en tout, de Turk papa de Leonard, à Romain Pujol qui a dessiné un de ses lapins crétins pour l'affiche, jusque JL Mast auteur qui développe la BD en ligne en trois dimensions. L'international était présent aussi du côté des visiteurs, avec notamment nos amis belges grands amateurs du genre BD, mais aussi des bédéphiles de toute la France. « Le salon est désormais identifié par les amoureux du genre comme une référence », soutient Aurélien. Les près de 3500 visiteurs ont su donner raison aux organisateurs.

Le même jour, nous avons pris la direction du Boulon pour les Comptoirs d'Arts. Le « concentré d'ateliers créatifs, de spectacles et de jeux pour toute la famille » selon l'intitulé a su rassembler 500 visiteurs. Avec comme thème la Slow Attitude, le public a montré son attachement pour ce marronnier du Boulon qui fêtait son grand retour. « Les sourires se devinaient sous les masques et se lisaient dans les regards », Bertille Coudevylle à la communication de la structure vieux-condéenne partage son enthousiasme. C'est dans un décor boisé, que chacun est rentré dans le thème et a pris le temps. Celui de créer, en famille et entre amis, de découvrir, de s'émerveiller, et même de cuisiner ou danser.  

Concrètement les Comptoirs d'Arts c'est toute la surface du Boulon offerte à la surprise et la création. A chaque stand ces mains qui s'activent pour créer conjointement, l'esprit familial prédomine, et les nombreux parents qui avaient amenés leurs enfants confirmaient cette tendance. « Merci pour ce rendez-vous », une femme accoste Virginie Foucault, directrice du Boulon, et témoigne ainsi du soin apporté à cet événement. Bertille nous rappelle un des fondamentaux des Comptoirs d'Arts : « c'est une valorisation des talents d'ici », en effet on pouvait y trouver des structures comme Tous Azimuts ou le Musée Vivant des Enfants, tellement dans leur élément. « Des anciens et des nouveaux », ajoute Bertille, elle cite par exemple la présence pour la première fois des étudiants de l'ESAD avec leur Zone d'Éducation Libre.

Voilà pour ce tour d'horizon qui ne fait qu'effleurer la richesse culturelle du week-end passé. Nous avons choisi ces trois événements pour leur point commun : celui de rassembler, et quelque soit l'âge. Une culture pour toutes et tous, petits ou grands, et ensemble. Quasiment la recette des acteurs de notre territoire.  

X.V.


Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...