Transvilles vous transporte dans la fiction Flash Finger

15/10/2021

Notre petit doigt nous a dit que vous avez sûrement aperçu des affiches de Flash Finger aux arrêts de tramway. Sur ces panneaux, vous y trouvez un QR code qui vous donnera accès à une série en podcasts, qui se déroule à Valenciennes. Une intrigue façon polar, à l'occasion du quinzième anniversaire du Tramway. Une intrigue qui vous mènera des navettes du Cordon jusque la Briquette, sur les pas de l'héroïne Eva Flash. Et à savoir à qui profite ce crime ? La réponse est claire : aux usagers des transports en commun assurément.  

Flash Finger est une série de cinq épisodes en podcast. Si vous n'êtes pas familiers avec ce format, Guy Marchant président du SIMOUV a une comparaison toute trouvée : « c'est comme ces feuilletons qu'on écoutait à la radio ». La seule différence est l'apport des nouvelles technologies, en effet c'est vous qui décidez du moment pour les écouter, et pourquoi pas lors d'un trajet en tramway ou en bus. Surtout que ce cadeau de Transvilles, produit par Wave audio, est pensé pour cet usage avec ses épisodes de moins de dix minutes. Une immersion complète quand on sait que l'essentiel de l'intrigue se déroule sur les lignes de transports en commun que vous empruntez.

Au casting de cette série on retrouve Fanny Sidney, connue pour la série Dix pour cent, dans le rôle principal de Eva Flash, ancienne magicienne et pickpocket repentie. A ses côtés, Medi Sadoun qui incarne le vilain de l'histoire, un gitan à la recherche de son père, et également l'acteur et comédien Michel Jonasz, prestidigitateur ayant plus un tour dans sa boite (de jazz). Pour encore plus de réalisme et d'ancrage local, Didier Goetgheluck, responsable sécurité à Transvilles, incarne son propre rôle. A noter que les sons qui habillent le tout ont été enregistrés à Valenciennes, pour donner un ensemble qui vous transportera, sur de bons rails.

C'est l'écrivain Jacky Schwartzmann qui s'est vu confier le scénario, un auteur habitué au genre polar, lui qui fut lauréat de plusieurs prix pour son roman Demain c'est loin. Cependant il admet que l'exercice d'écriture d'une série audio ne s'est pas faite sans appréhension : « comment palier au manque d'image ? Étant de Besançon je ne connaissais pas Valenciennes, je suis donc venu en repérage et c'est là que me sont venus des éléments de l'intrigue ». Ainsi les usagers de Transvilles retrouveront de la culture locale comme le tour du Saint Cordon, ou souriront lorsqu'un personnage se retrouvera bloqué sur le pont Villars.

Pour accéder aux épisodes de Flash Finger, il vous suffit de scanner avec votre smartphone l'un des nombreux QR codes que vous trouverez aux arrêts de tramway, ou dans les bus. De là vous serez dirigé vers la plateforme en ligne Youboox qui héberge la série. Vous bénéficierez d'un accès gratuit d'un mois pour écouter les cinq parties du polar. Jeremy Amsellem de Youboox explique que ce format de podcast est représentatif de notre époque. C'est ainsi l'une des formes les plus appréciées pour accéder à des fictions, qui a de nombreux avantages comme celui de pouvoir amener de potentiels lecteurs vers le livre. Un avis partagé par Guy Marchant, qui en parle comme d'un « marche-pied » vers la lecture. Ce dernier se félicite de ce projet mené conjointement entre Transvilles, Wave Audio et Youboox, avec le soutien de l'office de tourisme, et se laisse déjà à espérer à d'autres collaborations similaires dans l'avenir. Ce qui est certain pour ceux qui ont déjà testé l'aventure Flash Finger, c'est qu'on touche ici quelque chose du doigt.

X.V.  

Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...