Point d'interrogations sur le Cabaret de Curiosités 2022

01/02/2022

Pour l'édition 2022 du Cabaret de Curiosités, le Phénix a choisi comme intitulé Nos Futures ? Un pluriel qui renvoie à cette notion de commun, socle de l'événement, et un point d'interrogation qui rappelle l'époque incertaine que nous vivons. Mais surtout pas un point final, car tant de questionnements restent en suspend. Du 22 au 26 février, Valenciennes sera l'épicentre de cet événement qui résonnera sur tout un territoire, pour des frontières toujours dépassées, en recherche de nouveaux horizons. 

Estelle Garnier et Romaric Daurier présentent l'affiche du CdC
Estelle Garnier et Romaric Daurier présentent l'affiche du CdC

Depuis sa création, le Cabaret de Curiosités s'est imposé comme un rendez-vous qui prépare les esprits aux enjeux de notre monde et de ses évolutions. Souvent précurseur dans ses thèmes, il fut tout de même rattrapé par une réalité plus forte que celle traitée dans les fictions. Ainsi l'année dernière, le festival dut se plier aux contraintes de la crise sanitaires qui imposait ses conditions drastiques, et l'événement s'est tenu quasiment à huis-clos pour les professionnels du monde de la scène. « On espère une édition plus festive », un vœux exprimé par Romaric Daurier. Le directeur du Phénix dresse le constat de la tenue du CdC 2022 : « on avance dans le brouillard. On se relève mais on a du mal à voir le bout du tunnel ». Ainsi le 22 février débutera un « festival un peu étrange, car on a vécu des moments contraires au sens naturel des choses ».

Vous voilà dans la confidence, car d'un point de vue extérieur le Cabaret de Curiosités n'a rien perdu de son cachet, avec le Phénix coordinateur d'un ensemble de créatifs et de lieux qui les diffusent. « Un assemblage de petites volontés, qui font un festival ». En somme la structure écarlate du boulevard Harpignies à Valenciennes a su une fois de plus appliquer une recette d'unité qui reflète une « architecture de territoire, un tout qui est plus grand que la somme des parties ». Plus que des formules de la part de Romaric, c'est l'expression d'une réalité, une mécanique aux nombreux rouages, de l'avesnois jusque la Porte du Hainaut. Une échelle petite comparée au plan national, une promiscuité qui serait une force, et qui trouve son écho auprès des artistes, ou comme le dit Estelle Garnier en charge de la communication : « une synergie qui existe auprès des artistes, avec des échanges féconds entre eux, et qui résulte sur un esprit de famille ».

Carte noire nommée désir
Carte noire nommée désir

Une dernière définition apportée par Romaric Daurier finit de dresser le tableau : « quand on voit dans le public un responsable de festival venu de New York assis à côté d'un lycéen, c'est ce qu'on adore ». Ainsi il n'y a pas qu'un seul CdC, la variété de ses publics et de son offre est un miroir des nombreux enjeux qui l'animent. Il y a ces rencontres en partenariat avec l'Agence Nationale de la Recherche, ces créations dont les résidences se déroulent à l'heure où vous lisez ces lignes, du théâtre à de la performance, de la musique aux pratiques circassiennes. « Un bousculement de la hiérarchie des valeurs, où le metteur en scène Pippo Delbono est à la même affiche que le trio Dumond/Grzelczyk/Pesez », résume le directeur.

Les Saisons
Les Saisons

Dans cette époque incertaine, bien malin celui qui saura dire de quoi demain sera fait. Ainsi, faute d'apporter des réponses toutes faites, Nos Futurs ? avance des questionnements. Quelques exemples tirés de la programmation avec pour débuter Les Saisons, qui ouvrira le festival au Phénix. Une pièce tirée de ce qui est considéré comme le premier roman d'anticipation écologique, pour un sujet qui s'annonce sans mauvais jeu de mots « hors du temps ». Il y aura aussi ce périple sur l'identité d'européens avec Barbare (Odyssée), une recherche menée par Mélodie Lasselin et Simon Capelle, qui ont traversé le continent dans un « ERASMUS artistique ». Une autre interrogation posée par Rébecca Chaillon sur le futur de femmes africaines sera traitée dans Carte noire nommée désir, dont le visuel illustre l'affiche du CdC. Une description « dérangeante mais avec une réelle bonne humeur et une joie de vivre », nous assure-t-on. Enfin pour terminer ce rapide tour des spectacles proposés, un peu de musique avec I wish I was, qui confronte l'envie d'existence d'un groupe aux périples de la route prise en commun.  

Le Cabaret des Curiosités « Nos Futurs ? » se tiendra du 22 au 26 février au Phénix et chez ses partenaires : l'espace Pasolini, le salon d'honneur de Valenciennes Métropole, le théâtre Léo Ferré d'Aulnoye-Aymeries, le Manège de Maubeuge, l'Imaginaire de Douchy les mines, l'espace Casadesus de Louvroil, l'espace Barbara de Petite-Forêt, le Boulon de Vieux-Condé, le 232U d'Aulnoye-Aymeries, et la gare numérique de Jeumont. Programme complet, tarifs et toutes les informations au lien ci-dessous.

X.V.


Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...