Poètes reconnus ou en devenir, la parole est aux auteurs chez OSCAAR

05/09/2022

Après sa première en mai dernier, les Paroles d'auteurs reviennent ce 21 septembre chez OSCAAR. Initiées par le Printemps Culturel, ces soirées visent à faire se rencontrer public et poètes, dans des instants de partage autour de lectures et de découvertes. Un des axes des Paroles d'auteurs est la diversité du champ poétique, pour qu'il soit révélé à chaque nouvelle rencontre. Pour illustrer la richesse du genre, c'est Samuel Bodart qui sera l'invité de cette deuxième édition. Connu sous le nom de scène Numéro h, il viendra à Marly présenter sa performance faite de mots et de percussions. Si l'envie vous prend de réciter à votre tour de la poésie, le tiers-lieu de Marly est l'endroit où vous devez être, en effet chacun aura l'occasion lors de cette soirée de prendre la parole.

Photo: © Franck Populaire
Photo: © Franck Populaire

C'est Charles Pennequin et Camille Escudero qui ont inauguré les soirées Paroles d'auteurs chez OSCAAR en mai dernier. Une formule dédiée à la poésie qui a tout de suite trouvé son public, comme l'explique Johan Grzelczyk du Printemps Culturel : « le tiers-lieu se prête bien à ce genre d'opération, bien plus qu'un bar par exemple qui par définition est bruyant. Un poète, il faut qu'il soit écouté ». Vous étiez une quarantaine de personnes lors de la première, « on répond à une demande, il n'y a pas de doute ». Une confirmation pour les associations douchynoise et marlysienne : cette collaboration sera pérenne, et le rendez-vous est pris tous les deux mois pour de nouvelles rencontres.



Les soirées Paroles d'auteurs sont construites en deux temps, tout d'abord l'auteur invité présentera ses écrits en les lisant, ensuite c'est à vous public de prendre la parole avec vos productions ou des textes de votre choix. « Les auteurs en herbe ont l'occasion de se faire entendre. On a là l'opportunité d'identifier à la fois des talents et un public ». Le succès de la première opération reflète selon Johan une tendance forte autour de la poésie : « au niveau national il y a de plus en plus de manifestations. Sur le valenciennois, on avait déjà l'espace Pasolini ou le Phénix qui proposaient des formules qui mettaient en avant les poètes, avec la FLAC nous avons trouvé un autre partenaire de choix. Le lieu est adéquat, et ouvert à diverses disciplines ».  

Intéressons-nous à Samuel Bodart, qui sera à l'affiche de la soirée du 21 septembre. Le valenciennois d'origine est connu depuis plus de 20 ans sous l'alias de Numéro h, où il allie ses deux pratiques que sont la poésie et les percussions. Johan le décrit ainsi : « c'est très singulier, il a développé une formule sans équivalent ». En somme il scande ses textes en s'accompagnant par ses rythmes en live, mais une précision s'impose : « ce n'est pas de la chanson, les textes sont dits avec une exigence poétique. On est plus dans de la musique concrète, expérimentale ». Lors de son passage à Marly, Samuel Bodart interprétera entre-autres des extraits de son dernier livre intitulé Les Espaces. Ouverture des portes à 18h, et début de la soirée à 19h30, chez OSCAAR à Marly.

X.V.


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...