Les Enfants de Ledoux, une mine de savoir et de transmission

02/12/2022

Au Nord c'était les corons, et depuis la fermeture des mines nous reste la mémoire de cette époque. Elle est entretenue par des passionnés, tels les Enfants de Ledoux qui ont emprunté leur nom à la fosse de Condé sur l'Escaut. Patrimoine oral et matériel, c'est un véritable trésor qu'ils gardent, un témoignage des hommes et des femmes qui ont travaillé dans notre région. A l'occasion de la fête de la sainte Barbe, sainte patronne des mineurs célébrée le 4 décembre, Valexplorer vous propose un focus sur cette association, ses membres, et leurs actions.

Une partie des Enfants de Ledoux dans leur musée
Une partie des Enfants de Ledoux dans leur musée

La rencontre avec les Enfants de Ledoux se fait dans leurs locaux de l'ancienne école de Condé Macou. « Vous voulez une goutte eud'jus ? », nous demande-t-on. Pas de doute, nous sommes bien chez les gardiens de la mémoire du Nord. Nous arrivons avec Viviane, présidente de l'association, dans une salle où les adhérents sont rassemblés autour d'une grande table. Tout autour d'eux, des dizaines d'objets sont disposés, tous en rapports avec les mines, sur un mur on trouve un petit tableau où est écrit « 4/12 repas Ste Barbe », à sa droite un meuble ayant appartenu à un géomètre. 

Ici on vit et on pense encore l'époque des mines, et surtout des mineurs, lampistes, et autres galibots. Pour les Enfants de Ledoux, tout a débuté le 24 janvier 2015 avec une quinzaine d'adhérents descendants de gueules noires, et de Mohamed qui lui est allé au fond. Ce début reste gravé dans l'esprit de Viviane, d'ailleurs pour elle, tout est affaire de mémoire, « pour qu'elle ne tombe pas dans l'oubli ». La fermeture des mines, c'est si proche et pourtant déjà si loin, et chaque jour qui passe semble justifier leur démarche.



« Un relais entre les générations », c'est ainsi que Viviane définit l'axe principal de leurs actions. Ils écoutent les anciens, « qui nous remercient de maintenir leur savoir », et vont transmettre jusqu'aux scolaires, « qui souvent ignorent l'environnement dans lequel ils vivent ». On retrouve les Enfants de Ledoux dans de nombreuses manifestations, de Hergnies à Fresnes sur Escaut, ils sont naturellement présents avec leurs stands et leurs habits qui rappellent ceux d'époque. D'ailleurs en parlant de Fresnes, haut lieu de l'histoire de la mine où a été découvert la houille il y a maintenant 300 ans, la ville a désormais un musée dédié, et la majorité des objets exposés viennent de la collection de l'association. 

Un trésor dont une grande partie a été offerte par Maurice Mayeux ancien mineur, « quand je suis rentré chez lui pour la première fois j'ai eu les larmes aux yeux », se rappelle Viviane. Journaux et livres, documentation et outils, tout cela a alimenté la collection de l'association, qui désormais a une pièce consacrée sous la forme d'un musée, « petit mais il a le mérite d'exister ». On y trouve des raretés, comme cette pioche sur laquelle est inscrit « 1881 », des photographies, un coin avec les produits de la vie quotidienne tel le café et le savon, et forcément une statue de sainte Barbe, achetée en partie grâce à une cagnotte.

Lors d'une procession à Hergnies
Lors d'une procession à Hergnies

Il faut savoir écouter les Enfants de Ledoux, comme eux l'ont fait avec leurs aînés. D'ailleurs, tous ces fils et filles de mineurs s'accordent sur un point : leurs parents parlaient peu de leur travail lorsqu'ils étaient en activité, il fallait attendre la retraite pour qu'il le fasse. Des faiseux et des taiseux les mineurs ? Oui c'est un fait, « mon père se lavait avant de rentrer, mais il avait toujours ces traces noires sous les yeux, c'était juste ça qu'il ramenait à la maison », dit avec une certaine émotion Sylvie. Une histoire mais aussi des valeurs défendues : « respect, entraide, et fraternité », autour de la table les descendants de polonais, italiens, ou tchèques témoignent par leur nom de famille de ce mélange qui a donné sa particularité à la région, et ce n'est pas Dino présent lors de notre visite qui dira le contraire.

A ce jour les Enfants de Ledoux c'est 170 adhérents, dont une majorité de Condé et ses alentours, mais également des membres du sud de la France, de Belgique évidemment, et aussi de Suisse. Une activité débordante avec leurs nombreux rendez-vous, repas ou manifestations, et avec les moyens technologiques de notre époque une page Facebook très active. Viviane y partage les souvenirs et les hommages, malheureusement les faire-parts de décès, des photographies, et des documents d'époques extraits du magazine des mines « coups de pics, coups de plume ». Grâce à toutes ces actions, la vie des mineurs reste une matière à creuser, un puits sans fond de savoir à explorer.

Visite du musée des Enfants de Ledoux aux heures de permanence de l'association.

Contacts: 

X.V.


Déjà la dix-huitième édition pour la fête de l'Imaginaire. Une fois de plus un riche programme qui comprend le salon du livre jeunesse, le festival du cinéma de Douchy-les-mines, des expositions, des spectacles, et bien plus encore. Pour tenter d'y voir plus clair dans ces trois jours de fête du 22 au 24 février, Valexplorer détaille les...

Muriel Verstichel est ce genre de personne qui vit ses passions en les partageant. Véritable touche-à-tout, elle est connue pour être tour-à-tour plasticienne, engagée dans le monde associatif, et également femme de lettres. C'est sur ce dernier aspect de sa personnalité que nous allons nous arrêter à l'occasion de l'article que nous...