L'actu clips avec quatre nouveautés

06/04/2022

Valexplorer se transforme un temps en programme télé, voici une sélection de clips à ne pas manquer sur vos écrans. Retrouvez la nouvelle saison des aventures hautes en couleurs de GDON. Vibrez pour la bande annonce post-apocalyptique de Revoc Asylum. Soyez témoins de la métamorphose de Manukeen, et enfin découvrez le monde pas si parfait de Venus VNR. Ne zappez pas !

C'est un projet dont on attendait la sortie avec impatience : le nouveau Manukeen. Et avec l'arrivée en ligne de Brûle les photos, la page est tournée, plus rien ne sera comme avant pour le chanteur.

On retrouve Manukeen après le cycle consacré aux aventures de Evan, terminé avec Modern Day Hero. Le voici de retour prêt se projeter encore plus vers l'avenir, Brûle les photo est le titre qui illustre le plus cette tendance : « c'est un morceau représentatif, il fait la jonction entre ce que je faisais et ce que je veux aujourd'hui ». Ça ne nous aura pas échappé, c'est bien en français dans le texte que Manukeen chante dorénavant, « ce n'est pas un changement, je préfère le terme d'évolution logique », nous confie-t-il. Ce morceau n'est que la première porte d'entrée à Excessif qui sortira à la mi-avril, car il faut l'avouer « Brûle les photos » a encore beaucoup de l'ancien Manukeen qu'on connaît. En dépit d'ajouts de sons électroniques, c'est la même fougue, la même force à construire ses mélodies, pour l'instant l'évolution se laisse deviner, mais on en demande encore plus. Un souhait qui sera très vite réalisé, avec la sortie prochaine d'un autre single, « plus intimiste », selon les termes du chanteur. 

Valexplorer consacrera bientôt un focus entier à la sortie de Excessif, quatrième opus de Manukeen.

« Des fous étaient enfermés à l'asile, un jour plus personne pour les garder, et les voilà rattrapés par le monde extérieur », c'est ainsi que Laurent Bultot plante le décors de l'univers de Revoc Asylum.

Pour bien s'imprégner de cette vision particulière d'un nouveau monde a redécouvrir, le groupe a mis en ligne le clip de « Comme un joyeux bordel ». Afin d'illustrer cet univers onirique, et un tant soit peu apocalyptique, Revoc Asylum a fait appel au réalisateur Akim Ghardane. On y voit un homme masqué, évoluer dans un environnement à l'abandon, pour ensuite explorer un monde déserté. Il y aurait comme une notion d'Urbex dans ce clip, cette pratique qui consiste à visiter des lieux en décrépitude sans ne rien toucher. Une comparaison qui plaît à Laurent Bultot : « le personnage est comme tétanisé par ce qui l'entoure ». Cette histoire racontée sur les textes et la musique du groupe, c'est le réalisateur qui l'a imaginé à partir de l'ambiance qu'il a ressenti sur le morceau : « Akim nous a proposé sa vision, il est venu avec l'idée de cet homme seul dans un monde dépeuplé, sans que nous apparaissions ». 

En bon cinéphile, Laurent y voit comme un parallèle avec le final de La Planète des Singes sur les plans captés entre les caps Blanc et Gris Nez. « C'est un monde inconnu, mais ça reste la Terre. Un fond de toile qui est tragique, vu de l'extérieur ça peut même paraître burlesque ».

« Un clown triste empreint de poésie ? » Oui GDON assume son identité artistique sans sourciller, et sait même y ajouter de la couleur. 

Le clip de « Je veux » fait donc le lien entre le Spleen du chanteur, et son envie de s'entourer de bondes ondes. C'est en famille et amis que la vidéo a été tournée, un véritable moment de retrouvaille « on a tellement été isolés, qu'on voulait montrer des choses simples comme une réunion entre potes ». Un instant figé hors du temps, renforcé par l'usage de ces filtres de couleurs, rappelant une mode graphique des années 90 : « le côté rétro est assumé, la nostalgie est la marque de fabrique de GDON », s'en amuse-t-il. Ce que l'artiste revendique c'est un droit à la poésie, dans un monde qui en manquerait. Ainsi les images du clip montrent tour à tour un manuel qui explique le port du masque, et ensuite la filleul du chanteur qui s'amuse de l'ustensile. « On va voulu ce décalage, entre ce que l'on nous donne, et la réalité ». 

Un moment de communion, qui se termine en bataille de pigments, « une idée de Clément notre guitariste, ça a été un beau carnage ». A voir en ligne sur Youtube dès le 9 avril.

Venus VNR est peut-être la formation la moins connues des Valexploreuses et Valexploreures, profitons de la sortie de Parfait pour vous faire les présentations. Nous les avions déjà évoqués, notamment pour leur ouverture de saison au théâtre d'Anzin en 2019. Et c'est dans ce même lieu que fut tournée leur vidéo, bien avant la fermeture pour travaux. Laurène, chanteuse de la formation se laisse aller aux souvenirs : « dans le même théâtre où je récitais de la poésie pour la fête de l'école », dit-elle avec émotion en bonne anzinoise. C'est avec Félix, ex-Thérapie Taxi, qu'elle a fondé Venus VNR. Duo bi-genré se jouant des genres, aux inspirations aussi larges que le rap et la pop.

Mais au delà de l'aspect entêtant du single, c'est sa carte de visite visuelle qui impressionne. « Depuis qu'on a mis en ligne la vidéo, on reçoit énormément de messages de personnes des Hauts de France qui reconnaissent le lieu », assure Laurène. Une visite en musique de la scène, aux fauteuils du public, jusque l'entrée et ses coulisses, « c'est le théâtre la véritable star ». Après deux EP déjà existants, la sortie de Parfait annonce l'avenir de Venus VNR, avec un album qui paraîtra cet automne.  

X.V.


Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...