La Sentinelle et son passé minier se révèle pour les journées du patrimoine

29/08/2022

Avec les journées européennes du patrimoine qui approchent, les annonces concernant les actions menées près de chez vous se multiplient. Aujourd'hui intéressons-nous à l'association Il était une fois La Sentinelle, qui à son habitude proposera son exposition annuelle. Pour 2022, le thème retenu est les Cités Minières, un choix de circonstance quand on connaît l'histoire de cette commune qui s'est construite grâce à l'exploitation du charbon. Profitons de cette occasion pour faire le point avec Gilles Alexandre, président fondateur de l'association, des actualités à venir telle la prochaine ouverture d'un éco-musée.

Gilles Alexandre est passionné par l'histoire de La Sentinelle, intimement liée à celle des mines. Si vous l'ignorez, la commune était à l'origine reliée à Trith St Léger, et a connu son développement quand la société des mines d'Anzin a poursuivi son exploitation de la houille en direction de Denain. « 1875 », une date que le président de Il était une fois La Sentinelle connaît par cœur, c'est l'année où l'ensemble des puits et ses logements de mineurs sont devenus une commune à part entière. Si Gilles parle si précisément de ce patrimoine, c'est qu'il cumule depuis des années documents et témoignages sur le sujet, jusque s'entourer d'autres passionnés, et enfin s'unir en statut associatif en 2010. « Je n'ai aucun membre de ma famille qui a travaillé dans les mines, je me suis installé sur la commune en 1975, et c'est l'aspect historique qui m'a séduit. Car peu d'habitants de ma ville en connaissaient le passé », explique celui qui fut menuisier-ébéniste.



Chaque année, les documents de l'association sont rassemblés autour d'une thématique pour être exposés. Ainsi après l'imprimerie, l'école, la géante Renée Sance, ou l'art inspiré par la mine, c'est les cités minières qui seront mises à l'honneur ces 17 et 18 septembre. Gilles Alexandre nous dévoile une partie de son contenu : « on y verra des photographies de lieux de la ville, montrant côte-à-côte le passé et le présent ». De plus cette année encore, Il était une fois La Sentinelle recevra une exposition itinérante du musée de Lewarde. « avec plus de 40 mètres de linéaires », souligne Gilles. Entre le musée de la mine et l'association valenciennoise, les échanges sont depuis quelques années solides, et ils ramènent quelques souvenirs à la surface : « lorsque j'ai voulu réaliser une maquette en bois du chevalet de Dutemple, on m'a donné accès à des archives comme les plans ». D'ailleurs en parlant de maquette, une autre est sous les feux de l'actualité.

Gilles Alexandre (au centre) et le bureau de Il était une fois La Sentinelle
Gilles Alexandre (au centre) et le bureau de Il était une fois La Sentinelle

En effet, la reproduction de l'église St Barbe réalisée en allumettes par Marcel Glineur dans les années 70, revient sur la commune qui l'a inspiré. « A l'heure actuelle elle est en rénovation, car elle a été oubliée depuis longtemps. Entreposée dans le grenier du musée de Denain, la maquette a été redécouverte par hasard ». La gestion du lieu qui gardait la reproduction ayant basculé de la ville à la communauté d'agglomération depuis son stockage, le fait de l'en faire sortir s'est transformé en épreuve administrative. « Un énorme dossier », pour lequel Gilles à reçu l'appui de sa municipalité, cette dernière s'étant également engagée à la création d'un éco-musée, les deux initiatives ont trouvé écho. Ce lieu dédié à exposer de façon permanente les trésors de l'association termine son chantier, « je ne saurai donner de date exacte d'ouverture », cela dit Gilles peut tout de même affirmer que l'attente touche à sa fin, pour cet automne l'inauguration pourra avoir lieu. Un événement qui vous sera relayé par Valexplorer. D'ici là, ne manquez pas l'exposition consacrée aux cités minières, à voir les 17 et 18 septembre à la médiathèque Jules Verne de La Sentinelle.



Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...