La librairie à la page sur Valenciennes

09/03/2022

A son lancement en septembre 2020, les Yeux qui pétillent a ouvert un nouveau chapitre pour les amoureux du livre. En effet, sous l'impulsion de sa gérante, Céline Dereims, Valenciennes a comblé une lacune en accueillant une librairie indépendante. Véritable lieu de vie avec ses rencontres et ses clubs de lecture, les habitudes ont vite été prises par les clients, qui viennent y bien chercher plus que de la lecture, pour trouver du conseil et du partage. Focus sur ce commerce qui se dévoile à livre ouvert.

Originaire d'Epernay, voilà 15 ans que Céline Dereims s'est installée dans la région à Lille. Quand l'envie et les moyens qui lui ont permis d'associer passion et vie professionnelle, c'est à Valenciennes qu'elle a décidé d'ouvrir sa librairie indépendante. « L'étude de marché était révélatrice, nous sommes ici dans une ville de culture, il manquait un commerce dédié aux livres ». Céline rappelle qui elle est et ce qui l'anime : « je suis très attachée à ce territoire que j'ai appris à découvrir, et j'aime les activités et les lieux culturels ». Une soif de découverte qui l'amène à une confession : « certains de mes amis disent que je connais mieux la région qu'eux-mêmes qui en sont originaires », s'en amuse-t-elle. Sa librairie, Céline la résume en deux axes : « conseil et proximité », étant installée à deux pas de la place d'armes, avenue Clémenceau, elle a déjà réussi le pari d'exister en centre-ville.

Céline a une vision très claire de son métier : « je ne pourrai être juste derrière mon comptoir et encaisser ». A chaque nouvelle entrée dans son commerce, elle s'apprête à guider le client en fonction de ses envies et ses besoins. Portée par la lecture depuis son plus jeune âge, elle garde un attrait pour la littérature jeunesse et sa riche gamme : « petite, j'aurais aimé que les livres jeunesse ressemblent à ceux qui sont édités aujourd'hui ». Elle veut également casser certains préjugés : « une librairie ce n'est pas un lieu poussiéreux où on vend du Balzac, même si j'en ai, mais je propose également toutes sortes d'ouvrages, dont un meuble dédié aux auteurs des Hauts de France ». A propos de cet étal, Céline a observé un rapide changement de perception de la part de ses clients : « hésitants dans un premier temps, ils y ont trouvé des pépites et dorénavant c'est un espace très populaire où les gens vont spontanément ».

Le descriptif des Yeux qui pétillent sur les réseaux sociaux en parle comme ceci : « ce lieu est une invitation aux rencontres, aux échanges et discussions, et à l'émerveillement ». Une façon de casser ce préjugé qui dit que la lecture est un loisir que l'on pratique seul. « C'est faux, et je le vois avec mes clubs de lecture, les gens aiment échanger et partager ». D'ailleurs ce format de club de lecture rencontre un succès qui ne faiblit pas : « certains habitués s'inscrivent d'une séance sur l'autre ». Céline aimerait également développer des ateliers, sur la philosophie ou sur l'écriture, « mais pour l'instant je n'ai pas le temps de préparer et gérer tout ça », dit-elle en nous montrant les cartons de son dernier arrivage. Autre particularité du lieu, avec sa formule salon de thé : une façon d'allier la chaleur d'une boisson, la douceur d'une sucrerie, au besoin de cocooning d'une bonne lecture.

C'est dans un contexte difficile que les Yeux qui pétillent a ouvert ses portes, nous étions en septembre 2020, et un mois et demi plus tard c'est par click & collect que les achats devaient se faire, « mais les clients ont rapidement accepté la situation, j'ai ressenti un véritable soutien de leur part ». Depuis c'est fort d'une programmation régulière avec rencontres et lectures que Céline anime sa boutique. Avec un réseau de plus de 300 inscrits à sa newsletter, son site internet et ses réseaux sociaux, elle informe régulièrement sur les activités proposées, « et mon futur programme est déjà bien rempli », dit-elle en consultant son écran d'ordinateur. Ce mois de mars n'est pas en reste avec entre autres la venue de Nathalie Wargnies le 25 mars dans le cadre du printemps des poètes, et la rencontre avec Jacques Darras qui viendra présenter son ouvrage « quatre à quatre vers le Nord » le 31. De plus, Céline s'inscrit désormais dans ce réseau culturel local en participant pour la première fois aux actions de la FLAC chez OSCAAR ce samedi 12 dans le cadre de la soirée des droits des femmes.  

Un microcosme que Céline et son commerce ont su intégrer sans mal. Et quand on lui pose la question de la concurrence face aux grosses enseignes du livre, elle trouve cela très sain : « il y a de la place pour tout le monde. Chacun va où il veut, si la culture ce n'est pas la liberté, je m'interroge ». Même son de cloche sur la vente en ligne, « j'en propose également. Je pense à ceux qui travaillent pendant mes heures d'ouverture, ou qui ne savent pas accéder jusqu'au centre de Valenciennes ». D'ailleurs grâce à son site, elle envoie des livres dans la Marne ou même dans le sud-ouest, « où j'ai un petite communauté de fidèles ». Retrouvez l'activité des Yeux qui pétillent aux liens ci-dessous.

X.V.


Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...