Julie Beyaert-Dauvillaire sort le deuxième volume de Dysconnexion

02/09/2021

L'auteure Julie Beyaert-Dauvillaire est en mode auto. Autodidacte, auto-éditée et autonome jusque dans sa promotion qu'elle gère sur les réseaux sociaux, à l'image de ce live qu'elle a diffusé à l'occasion de la sortie de Dysconnexion livre 2. Une vidéo où on a appris son histoire, son envie d'aider les jeunes auteurs, et sa méthode de travail qui passe par un bon bain.

31 août 2020 - 31 août 2021, pile un an après la sortie de Dysconnexion, Julie Beyaert-Dauvillaire annonce la sortie du deuxième tome des aventures de Danny et Olivia, deux inconnus que tout oppose, si il n'y avait pas eu ce regard qui les lia à jamais à travers un lien télépathique. « Des histoires un peu tordues », concède l'auteure de Douchy les mines. Celle qui fut révélée grâce au concours « Les plumes francophones » via le site Amazon vient de terminer « de justesse » le deuxième volume de Dysconnexion, et le voilà d'ores et déjà disponible sur la plate-forme marchande en ligne.

Ceux qui ont lu le précédent tome retrouvent dès les premières pages le personnage de Danny, qui purge une peine en prison, et correspond avec son âme sœur télépathique Olivia, les deux « repartent pour de nouvelles aventures, beaucoup plus sombre que la première », confie l'écrivaine. Elle poursuit : « nous sommes vraiment dans du fantastique, avec un peu plus de romance », un point de vue agrémenté par sa moitié : « mon mari le qualifie d'ésotérique ». En tout 250 pages, un peu plus long que le premier, et Julie explique que le public est élargi : « un peu moins pour les ados et jeunes adultes».

A travers son live Facebook du 30 août, Julie ne fait pas que parler de son nouveau roman, elle détaille ses méthodes de travail, ainsi elle réinvente l'expression « se mettre dans le bain ». En effet, elle entame la rédaction seulement lorsqu'elle a un plan établi, « et là mon mari Geoffrey ne me voit plus, je disparais dans la salle de bain », musique et lumière tamisée l'aident à concevoir les détails de son intrigue. A l'écouter, Julie prend un soin minutieux à livrer son travail, surtout quand on sait que l'idée de Dysconnexion lui est venue lorsqu'elle était adolescente, qu'elle fut mise en pause pour lui revenir à l'âge adulte, mariée et devenue enseignante. Le confinement de 2020 a été la période propice pour que tout ré-émerge et se concrétise. Elle admet que ces années lui ont permis « d'édulcorer mes idées, c'était trop sombre ».

Julie Beyaert-Dauvillaire
Julie Beyaert-Dauvillaire

Diffusée de façon quasi-exclusive sur Amazon, Julie revient sur cette façon d'être distribuée, parfois mal vue par certains professionnels de la vente de livres, mais pourtant si salutaire pour de jeunes auteurs. Et c'est donc en connaissance de cause qu'elle se propose de tendre la main à tous ceux qui voudraient comme elle coucher sur papier leurs idées. Concrètement c'est la création de Fleur de Mots, une entreprise de conseil et d'accompagnement de jeunes auteurs.

Celle qui est enfin devenue une femme de lettres espère élargir son lectorat, notamment par des présences sur des salons : « si les organisateurs de l'événement de ma ville, Douchy les mines, pouvaient m'entendre », lance-t-elle espièglement. D'ici là elle sera le 19 septembre à Loos-en-Gohelle, et prépare un roman pour enfants, dans la lignée de son ouvrage Le Cœur des Hommes. Mais pour l'instant c'est Dysconnexion Livre 2 qui l'anime, et quand on lui pose la question de savoir si un troisième tome suivra, elle commente : « moi je connais la réponse », avant de se reprendre : « j'en ai déjà trop dit ».


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...