Échange, tolérance et convivialité : les mots d'ordre de CVA

23/09/2022

CVA est l'une des plus anciennes associations dédiée aux arts et aux loisirs de la ville de Valenciennes. Dans ses locaux du Neuf-Bourg, on s'y retrouve à l'atelier pour y produire ensemble, mais également pour échanger sous l'œil bienveillant de Anita Lotterie, le cœur et l'âme du groupe. Ce 29 septembre, l'association organisera son 19ème salon, l'occasion de présenter plus de 100 productions aussi diverses que de la peinture ou de la photographie. Une longévité et une empreinte qui ne pouvait laisser Valexplorer indifférent.

« Vous vous souvenez sûrement de Jean-Louis Borloo », dit avec malice Philippe Lotterie, président de CVA. Il poursuit : « c'est lui qui avait initié les comités de quartier de Valenciennes. C'est de là que découle notre association, qui s'est créé en 2010 pour qu'on puisse s'ouvrir aux personnes qui n'habitaient pas Valenciennes ». C'est avec cette introduction que le premier tableau est dressé. Pour les autres, ils sont constamment produits dans les locaux du 2 rue Maurice Ruffin, au cœur du Neuf-Bourg, le quartier historique des arts. On vous parle de peinture, mais ce n'est que l'intitulé d'un des trois pôles qui anime CVA, les deux autres étant la brocante et l'atelier bois, et d'autres techniques sont aussi pratiquées comme la photographie, où on retrouve notamment Pascal J. Dubois.



Anita Lotterie nous accueille dans les locaux à la porte toujours ouverte. Au centre on y trouve un assemblage de tables où les participants installent leur matériel, et sur les murs les nombreuses affiches de leurs expositions. Ces dernières égrainent les années et les nombreux souvenirs, en 2022 le vingtième salon sera organisé, quasiment deux décennies sans interruption, sauf en 2021 où le contexte sanitaire ne le permettait pas. Chez CVA il existe un credo : « échange, tolérance, convivialité, etc », nous répète Anita qui incarne ces valeurs. Une charte morale qui est acceptée par ses membres et qui définit le cap. « On donne envie d'avoir envie. On se réunit sans évoquer son milieu social, ça ne nous intéresse pas », explique Philippe, à quoi son épouse ajoute : « d'où on vient, ce que l'on fait dans la vie, ça n'a pas sa place dans un atelier ».

A ce jour l'association est entièrement financée grâce aux cotisations de ses membres. C'est un ensemble hétéroclite, aussi varié que leurs pratiques artistiques, qui va du benjamin de 25 ans à leur doyen et ses 95 printemps. Parmi eux on retrouve Charles, boucher à la retraite qui pratique l'aquarelle et la peinture à l'huile. Il s'est initié à la peinture à la MJC de St Saulve, et a trouvé dans l'atelier une formule qui lui convenait : « on échange et ça permet de s'améliorer, et il y a le petit café à 16h », le côté convivial revient souvent dans les témoignages des membres. C'est le cas de Monique qui fait le déplacement en TER depuis la métropole lilloise pour venir jusque Valenciennes : « j'ai mon atelier à la maison, si je suis venu ici c'est depuis que j'ai rencontré Anita ». Ce prénom est souvent répété, à chaque fois avec énormément de bienveillance, Nicole ne déroge pas : « je la connais depuis longtemps, je me suis inscrite aux ateliers car je l'ai suivi. Elle est très dévouée et ne prend pas de vacances ».

Vous l'aurez compris, CVA c'est une âme et un cœur symbolisés par Anita Lotterie, autour de qui gravitent énormément de talents et de tendresse. Un endroit atypique, avec sa pratique des arts qui sort du contexte du traditionnel atelier, où l'artiste est seul face à sa production. Ici on respecte autant votre intimité qu'on sait tendre l'oreille vers les conseils de l'autre. Ce qui donne une production variée et prolifique, que vous pourrez voir dans le hall de l'hôtel de ville de Valenciennes du 29 septembre au 5 octobre.

X.V.


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...