Ch'éto bin : une soirée Carrefour International à Quérénaing

25/05/2022

Le principe du Carrefour International est de rapprocher les personnes, à travers les pratiques artistiques, dans un concept de festival nomade. Ça c'est sur le papier, mais comment se déroule réellement une représentation de cet événement ? Pour commencer à toucher la réalité du terrain, Valexplorer s'est rendu à Quérénaing ce mardi 24 mai, où la petite commune au sud de Valenciennes accueillait dans sa salle des fêtes des artistes venus de Mongolie ou du Groenland. Un mélange qui trouvait écho dans le public, où se mélangeaient les âges, les résidents du village, et des visiteurs venus de tout l'arrondissement.  

Le programme annonçait le début de la soirée Carrefour International pour 19h à la salle des fêtes de Quérénaing, et trente minutes avant on trouvait déjà des groupes de jeunes personnes dans le parc de l'église. Ce sont des lycéens venus de Trith Saint Léger, que nous retrouverons plus tard, car pour l'instant les premiers à rentrer dans le lieu sont quatre habitants du village. Ces résidents, retraités pour la plupart, nous expliquent la raison de leur venue : « c'est la proximité. On a la chance d'avoir des animations près de chez nous, sans prendre notre voiture et partir trop loin ». La présence du festival dans le village s'explique par les fonds de soutien accordés par la communauté d'agglomération. Monsieur Didier Joveniaux, maire de la commune, revient sur ce procédé : « Carrefour International, Embaroquement Immédiat, le Phénix, le théâtre d'Anzin, et même peut-être à l'avenir le Hainaut Belles Bretelles. On accueille ces événements chez nous grâce à Valenciennes Métropole, car ici nous sommes dans une petite commune, ce qui implique de petits budgets. On bénéficie de ces apports mis à disposition par l'agglomération ». Quand on lui indique que des Quérénaingeois profitent de ce rendez-vous, il s'en félicite : « la mobilité est un vrai sujet, à mon sens pas assez abordé. Il faut savoir amener les festivals au plus près des gens ». Enfin, le premier magistrat conclu sur une note personnelle : « je suis très content qu'on puisse recevoir ce genre de rendez-vous, je suis moi-même passionné de culture et musicien, et surtout un humaniste qui s'intéresse aux personnes du monde entier ». C'est certain que vu sous cet angle, le cadre du Carrefour International réunissait tout pour plaire à monsieur Joveniaux et ses administrés.


Publicité partenaire
Publicité partenaire

Alors que les artistes terminaient de se préparer, on discutait devant la porte de la salle. Une visiteuse lectrice de Valexplorer nous aborde : « en ce moment on ne sait plus où donner de la tête, ce soir je suis ici, et je prépare tous les festivals et événements de juin », elle s'amuse quand on lui fait remarquer que certains disent encore « qu'il ne se passe rien dans le coin ». Revoilà nos lycéens de Trith saint Léger, encadrés par les représentants de leur établissement, allons à leur rencontre. « Ce sont des élèves qui ont travaillé dans le cadre d'un projet PEPS avec l'espace Pasolini, et en particulier sa directrice Nathalie Le Corre. Ils ont appris les techniques liés au théâtre, sur le corps, la voix, la cohésion de groupe, et la confiance en soi », explique la CPE de l'établissement trithois Elli Cabon. Sa collègue en charge du CDI, Nadège Tran, développe les acquis reçus : « on a vraiment observé une évolution, la différence avec leur façon d'être avant les ateliers est incroyable », elle poursuit : « ils ont compris le théâtre et la scène », ainsi pour poursuivre leur apprentissage culturel en lien avec l'espace Pasolini, les lycéens furent invités à assister à cette représentation du Carrefour International.

Dernière étape avant la représentation, on sort des chaises, plus qu'il n'était prévu. Nathalie Le Corre fini de recenser les places occupées : « 65, sans compter les enfants au premier rang », nous annonce-t-elle avec une satisfaction non dissimulée, alors qu'à l'entrée on fait le point sur l'origine des spectateurs : Valenciennes, Marly, Saulzoir, etc. Ce soir Quérénaing rayonne. Au tour de Marie Odile Raux de lancer la soirée en rappelant son principe, « des artistes, musiciens ou danseurs, venus avec leur technique du monde entier », et c'est Anouch Krikorian qui débute le concert avec son instrument à cordes venu d'Arménie. Elle est rejointe ensuite le percussionniste kurde Neset Kutas, arrivent par la suite l'ethnomusicologue Johanni Curtet et Batsükh Dorj dans ses habits traditionnels de Mongolie, Simon Deneuville l'accordéoniste au répertoire des Balkans complète la scène.

 Chacun présente son patrimoine en musique avec ses instruments ancestraux devant un public qui pour la majorité découvre ces pratiques, des moments dédiés avant que chacun s'accorde dans une composition où tous les instruments trouvent leur place. Le Carrefour International se révèle dans toute sa diversité, et les applaudissements ne mentent pas sur l'accueil du public. Enfin, la pétillante Vivi Nielsen arrive sur scène, et en se maquillant devant l'audience, explique le masque qu'elle se crée en direct, de ses origines du grand nord Arctique, à ses significations riches des légendes et rites des contrées proches du pôle. Rires et étonnements lorsque la groenlandaise vient à la rencontre des spectateurs, dans une danse évoquant la recherche d'un compagnon, grimée et marionnette de lièvre à la main, « c'est l'animal le plus cool du grand nord, encore plus que l'ours polaire », selon elle. Un dernier tour de chant en compagnie de tous les musiciens, un rappel en bonne et due forme, ainsi se termine la soirée du Carrefour International à Quérénaing. D'autres dates sont encore prévues près de chez vous, à Condé sur l'Escaut et au Phénix ce samedi 28 mai pour le grand final, ne manquez pas ce petit monde qui se retrouve chez vous à la croisée des chemins et des personnes.  

X.V.


C'est un voyage musical au XVIIème siècle que vous offre notre partenaire Harmonia Sacra. Avec Vêpres pour Saint François d'Assise découvrez les chants polyphoniques tels que les entendaient à Rome en 1665 grâce au talent de Jacques Duponchel. Un disque qui vous transportera, un véritable travail de recherche de l'association valenciennoise qui...

Irisée est le quatrième livre du poète Nicolas Minair, et le deuxième publié aux éditions du Lys Bleu. Ce recueil de haïku est un journal de bord de l'année 2021, où son auteur a capté des journées, des instants, et des paysages dans des courts poèmes à la forme venue du Japon.