Vie et transmission de l'art pour la nouvelle saison de l'Espace Pasolini

22/09/2022

Ce 21 septembre, la présentation de saison de l'espace Pasolini était l'occasion de résumer la méthode de la structure valenciennoise. En somme tout serait un parfait mélange entre savoir-faire et nouveauté. Il y a ces artistes devenus sociétaires du lieu et ces nouvelles collaborations, tous ces traditionnels temps forts comme le Next Festival et ceux en devenir à l'image du marché de Noël électronique de Art Zoyd, enfin les portes toujours ouvertes aux habitués le sont également aux curieux venus enrichir la famille Paso. Fort de son passé, entreprenant sur l'avenir, la saison 2022/23 s'inscrit dans cette tendance.

« Merci » était le mot d'introduction par lequel Nathalie Le Corre a accueilli les visiteurs de la présentation de saison. La directrice l'admet, d'ordinaire les remerciements se font en dernier, mais une fois de plus à l'espace Pasolini on aime bousculer les conventions. En regardant le public face à elle, Nathalie énumère l'ensemble hétéroclite. Côte à côte les partenaires telles les villes de Valenciennes et Quiévrechain, le Phénix ou l'Université, des habitués jusqu'aux nouveaux visages. Tous ont su passer cet impressionnant porche en bois, « derrière lequel se cache un monde », et sont entrés dans la « caverne, c'est ainsi que les artistes surnomment l'endroit ».



Nous le disions en introduction, cette saison fera la somme des acquis et des projets d'avenir. Les artistes en résidence dans la fabrique confirment cet état, à l'instar du chorégraphe et danseur brésilien Pol Pi. Il reviendra à Valenciennes pour travailler sa prochaine création qui sera présentée à Courtrai. C'est dans ce même esprit que le duo danse et human beat-box de François Chaignaud et Aymeric Hainaux continueront leur collaboration, ou encore Emmanuelle Huynh qui inclura Valenciennes dans un travail sur la cartographie sonore aux côtés des villes de Marseille et Besançon. Notez la date du 7 février pour sa sortie de résidence. La majorité de ces travaux de recherches seront à voir lors du prochain Next Festival, la transition est toute faite sur l'événement qui se déroulera à partir du 10 novembre.  

Pour cette édition du festival trans-frontalier, les structures de Valenciennes seront plus que jamais des partenaires essentiels. En effet, en collaboration avec le Phénix, l'espace Pasolini va organiser le final de l'événement sur leurs deux lieux. Nous reviendrons dans une prochaine publication sur la programmation du festival, qui sera détaillée le 18 octobre à 17h30 au Phénix à l'occasion d'un Apéro Next ouvert à tous. Un moment de partage en prélude à ce que Nathalie décrit comme « tout d'abord une ambiance. Le meilleur endroit pour découvrir la création internationale ».

Une saison à Pasolini, c'est des rendez-vous pour lesquels vous avez à chaque fois un réel attachement. Il y a les Écoutes Sonores qui se dérouleront cette année du 19 au 28 janvier, ces restitution des travaux du laboratoire initiées et dirigées par Philippe Asselin et ses partenaires de recherches comme Esteban Fernandez

Autre temps fort avec les Instants Magnétiques, articulés autour de la danse et de la performance, qui rythmeront le mois de mars avec pas moins de cinq représentations. Parmi celles-ci vous retrouverez en final For You / Not for You de Solène Wachter, une œuvre où en fonction de l'endroit où vous verrez la scène, c'est un spectacle différent auquel vous assisterez. Vous serez tour à tour spectateur ou dos à la danseuse, cette performance trouve son écho dans les paroles de Nathalie Le Corre quand elle dit : « un public ce n'est pas que des gens que l'ont met devant un spectacle ». 

Enfin, dernier événement avec Les Instants Nomades du 15 mai au 3 juin, la formule qui alterne tous les deux ans avec le Carrefour International. Ces Instants symbolisent la volonté de l'espace de sortir de ses murs, pour aller jusque dans le pays solesmois ou l'Ostrevent et y amener littéralement un nouveau monde à divers endroits, comme des établissements scolaires ou des salles des fêtes.

Terminons avec les nouveautés de cette saison. Vous vous souvenez peut-être du marché de Noël électronique de Art Zoyd lancé en 2020. Il fut l'une des nombreuses initiatives nées du confinement, une preuve de la résilience des artistes, qui savent utiliser les technologies leur permettant de garder le contact avec leur public. Cet événement était diffusé en streaming, une formule qui sera couplé à du live ce 15 décembre, de ce fait Art Zoyd sera à la fois à l'espace Pasolini, et en direct sur Youtube et Facebook.

Dernière nouveauté et pas des moindres avec le bien nommé Relève en avril. La structure valenciennoise a confirmé son soutien et son attachement au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, à travers un partenariat de trois ans. « Un projet qui nos tient à cœur », selon Nathalie qui souligne la difficulté de passer pour les étudiants entre leurs études et la vie professionnelle. A l'école parisienne, s'ajoute la Perfoming Arts Research And Traing Studios de Bruxelles. Concrètement neuf artistes en tout, issus de ces deux grandes écoles, seront inclus dans un processus de résidence et de rencontres. Avec la première de ce projet, on termine la boucle de la fabrique artistique, un cercle vertueux où chacun apprend, produit, et peut se projeter, qu'ils soient professionnels ou en en devenir.

Une méthode qui trouve tout son sens dans le mot de présentation qu'on peut lire dans la brochure de la nouvelle saison. Nathalie Le Corre y écrit « L'art est vivant / Il vit / Il se vit / Il se transforme / Il se transmet / Il ensemence ». L'espace Pasolini 2022/23 et sa dynamique y sont ainsi parfaitement résumés.

La brochure de saison en ligne:

X.V.


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...