Rémi Vouters pose la question : Krako es-tu là?

13/12/2021

Yan Casimir Krakowiak nous a quitté le 4 juin 2019. Deux ans plus tard sa mémoire reste intacte, son art perdure chez les collectionneurs et les amis qui ont su apprécier sa patte. Quant aux souvenirs, ils sont souvent racontés avec une gouaille qui collait si bien au personnage. Pour prolonger encore plus les hommages, le réalisateur Rémi Vouters met à profit son métier de documentaliste avec le film intitulé « Krako es-tu là? » . Afin de mener à bien ce projet, un financement participatif est mis en ligne. Une collecte de souvenirs et de fonds pour un voyage du Nord jusqu'en Polynésie.

Les premiers souvenirs de Rémi Vouters concernant Krakowiak remontent à l'enfance. « C'était un ami de la famille, au début le personnage m'intriguait, et par la suite on a créé des liens d'amitié ». Rémi a tout de suite compris la complexité du personnage, il admet qu'il avait un côté clivant, mais c'était selon lui une façon pour l'artiste de tester son public, lui qui ne laissait rien à la facilité. Un exemple concret serait lorsque Rémi lui proposa une première : monter sur les planches à l'occasion de la pièce qu'il mettait en scène : Le Bric à Bracadabra. « On était plus dans la performance que le jeu de scène traditionnel ». Le réalisateur en est certain, les souvenirs qu'il ressasse d'autres ont les mêmes, d'où l'idée de les recenser et les regrouper dans un film.

Rémi Vouters possède déjà un ensemble de documents vidéos, un travail qu'il a entrepris en 2012 lorsqu'il filmait Krakowiak dans son atelier. Désormais avec le financement participatif de son film, il compte enrichir cette base : « l'envie est de fédérer, et de réactiver le réseau ». Le réalisateur va à la rencontre de ceux qui ont vécu leur Krako, de Jean-Claude Poinsignon un des premiers à avoir reconnu son art, au graveur Antonio Buondelmonte qui a connu l'artiste lorsqu'il débutait sa propre production.  

5000 sont à atteindre pour faire aboutir le projet. Outre les particuliers, plusieurs villes et institutions ont d'ores et déjà répondu à l'appel. On citera la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut , la ville d'Aulnoy-Lez-Valenciennes, la ville de Raismes, et l'Institut polonais de Paris. Le film est produit par l'Équipe MONAC.1 et les fonds récoltés serviront à la post-production et tout son lot de montage, mixage, mise en musique, étalonnage, et traitement des archives.

Entre sa Pologne d'origine, son Nord qui l'a porté, la Bretagne qui l'a surnommé Yan, jusque la Polynésie qu'il a tant rêvé, c'est un long et beau parcours que le documentaire condensera. Yan, Casimir, Krakowiak ou Krako, quel que soit son nom nous sommes nombreux à garder un bout de l'artiste en soi ou sur nos murs. Rémi a cette optique de corriger une injustice : « il n'a pas eu l'hommage qu'il méritait de son vivant ». A vous de porter ce projet grâce au financement participatif, qui se conclura dans un mois pour une sortie en DVD à l'été 2022 et une probable projection près de chez vous.

X.V.



Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...