Le Phénix entretient le feu sacré pour sa saison 24-25

28/06/2024

Un grand théâtre noir de monde lors de la présentation de saison le 19 juin au Phénix, « que c'est beau » avait commenté le compte officiel de la scène nationale sur nos réseaux sociaux. Cette affluence témoigne d'une fidélité du public pour l'offre de la structure culturelle, et confirme que l'inquiétude de la crise sanitaire est bel et bien derrière nous. La fidélité s'exprime aussi à travers les choix du Phénix sur les collaborations avec les artistes et compagnies, la poursuite des festivals, et plus que jamais l'ancrage sur un territoire et son époque. C'est tout cela que nous retiendrons des lignes directrices de la saison 24-25 qui s'annonce.

Photo: © Le Phénix
Photo: © Le Phénix

Un nombre illustre la dynamique Phénix et l'attachement du public à son offre : 40 000. C'est le total des spectateurs qui ont assisté aux offres de la scène nationale lors de la précédente saison. « La plus belle de notre histoire en termes de fréquentation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur », se félicite le directeur Romaric Daurier, une donnée qu'il sait mettre en perspective alors que son compte LinkedIn nous rappelle qu'il est arrivé en poste il y a maintenant déjà 15 ans. 

Autant d'années à défendre un service public et ses missions, sans pour autant se reposer sur ses lauriers, car comme Romaric le rappelle le contexte actuel met en danger les bases mêmes de la « politique culturelle engagée, ouverte à tous les publics sur un territoire qui a fait le pari de la résilience ».

Ainsi le Phénix ne renaît pas de ses cendres, mais il entretient un feu sacré, riche de ses collaborations et toujours prêt à ouvrir la voie tout en maintenant le cap. Pour ce faire, des notions de communs et d'expressions artistiques trouvent leur sens dans certaines constantes dont la fidélité. Cette année et plus que jamais le Phénix assurera son rôle précurseur de pôle européen de création, on notera dans la programmation 24-25 Somnole la nouvelle création de Boris Charmatz, Face à la mère la collaboration entre Jean-René Lemoine et Guy Cassiers, Thérèse et Isabelle le nouveau projet de Marie Fortuit et de sa compagnie Les Louves à Minuit , et même la dernière œuvre de Gurshad Shaheman intitulée Les Forteresses. Des noms qui parlent, des soutiens qui perdurent dans le temps, et l'assurance d'un gage de qualité.

Somnole - Photo: © Marc Domage
Somnole - Photo: © Marc Domage

Riche de ses fondamentaux et de son réseau, le Phénix aborde cette nouvelle saison avec la même envie de tissage, notamment à travers les événements où il est partenaire comme le Next Festival. Car Romaric Daurier et son équipe le savent, personne n'avance seul dans son coin, et chacun est riche des compétences des autres. Ainsi l'Espace Pasolini, le Manège de Maubeuge, Harmonia Sacra, la compagnie Zapoï, l'hôpital de Valenciennes, ou Art Zoid studios pour ne citer qu'eux seront de nouveau impliqués à travers des projets collaboratifs dans les mois à venir. 

Pour preuve ce festival de festivals à l'affiche : on parlait plus haut du Next, et d'autres reviennent comme le temps des plus petits Ôcyto, le lien entre les époques de Embar(o)quement Immédiat, ou la fenêtre sur les créations de notre époque du Cabaret de Curiosités.

Dimanche - Photo: © Yves Kerstuis
Dimanche - Photo: © Yves Kerstuis

Le Phénix, une grande et belle maison, aussi bien pour les artistes, le public, que les autres acteurs du territoire. Une notion qui trouve son expression lors du partenariat renouvelé avec le théâtre d'Anzin qui peut continuer à exister « hors les murs » pendant ses travaux et proposer ainsi un seul en scène de Stephan Eicher, un musical consacré à Joséphine Baker, ou l'humour sur nos névroses vu par Nora Hamzawi.

Une autre particularité de la scène nationale est de combiner la nécessité de diffusion d'œuvres contemporaines tout en gardant une assise sur les classiques, Le Bérénice de Racine mis en scène par Jean-René Lemoine ou le Carmen. (avec un point) revisité par François Gremaud et la voix de Rosemary Standley illustrent cette axe.  

Photo: © Le Phénix
Photo: © Le Phénix

Du théâtre, de la musique, de la danse, des rendez-vous dans et hors les murs, c'est en tout 65 spectacles et 150 représentations qui vous attendent pour cette saison 24-25. Un calendrier qui débutera du 20 au 22 septembre par les journées européennes du matrimoine et du patrimoine, avant le grand spectacle familial de rentrée Dimanche et ses six représentations du 26 septembre au 2 octobre. « Une programmation exigeante, car vous avez le droit au meilleur ici à Valenciennes ».

X.V.



On pensait que le concert du 12 juillet à Bellignies serait la dernière date annoncée par Tante Adèle et la Famille avant les vacances. C'est mal connaître les compères en kilt qui nous réservent des surprises. En effet, on apprend que le groupe se produira à la Fête de l'Huma le 14 septembre, et un bus est affrété pour...

La librairie Les Yeux qui Pétillent lance son premier prix littéraire qui vise à récompenser un roman francophone. Un appel est lancé pour constituer un jury, 6 personnes seront retenues parmi les candidatures. Comment postuler et quel est le calendrier mis en place ? Valexplorer vous dit tout sur cette initiative.

Voilà déjà 5 ans que l'équipe de La Barjo réhabilite l'ancienne brasserie Mochez de Onnaing. Parmi les objectifs du lieu, il y a cette envie de monter un centre d'arts. Ce travail de longue haleine touche bientôt à son but, pour ce faire il reste des aménagements de menuiserie, et enfin l'inauguration pourra se faire le 7 septembre....