Laurent Bultot retrouve sa voix pour ses solo songs

09/11/2021

Solo Songs serait l'album de la maturité. Même si l'expression est usée, elle s'applique parfaitement à la démarche du nouveau projet de Laurent Bultot. A 56 ans, l'ex Lézard Martien revient avec un projet intimiste, épuré, et pourtant tant à son image. Un disque solo, pas tant que ça, quand on connaît tout le travail d'enregistrement en amont, où le chanteur a trouvé une symbiose avec le porteur de l'Irresponsable Studio, Fabien Ménart.

Des Lézard Martien à Revoc Asylum, Laurent Bultot a écumé les scènes avec de belles et grandes formations. Il se dit être d'une génération « on ne se posait pas de question, si on voulait faire de la musique c'était en groupe, avec tout ce que ça implique de rassurant ». En dépit de cette expérience fondatrice et de toutes ces salles et son public qui l'ont comblé, Laurent avait ce sentiment qu'il lui manquait quelque chose. Comme un rendez-vous avec lui-même qui l'attendait au bout d'un arpège. Et cette étape supplémentaire, ce besoin dont il ignorait l'existence, a été révélée de par sa collaboration avec la chanteuse Camille Fillioux autour de leur projet commun, la Rupture.

« Avec Camille on produisait à un autre rythme, au propos plus long, et avec de la tranquillité », admet Laurent. Lui qui dit avoir l'écriture comme un besoin, « et pas comme une démarche, ça se fait comme ça », a enfin assumé son envie de mettre les textes au centre de sa production. Ainsi l'étape Solo Songs est arrivée presque naturellement, comme une retrouvaille avec lui-même : « les Lézard Martien ce n'était pas ma voix », admet-il. Et de Camille, une autre rencontre découla qui allait donner son ton au projet, celle avec Fabien Ménart de l'Irresponsable studio.

Photo: Christophe Beaussart
Photo: Christophe Beaussart

Rendez-vous est pris au studio de l'avenue Désandrouin, Laurent y arrive avec ses nouvelles compositions : « j'avais mes textes, mes accords, et un objectif : revisiter la guitare-voix ». Et quelle fut sa surprise en arrivant, Fabien avait installé tout un jeu de micros, « on n'était plus dans la simple maquette, onze titres ont été enregistrés en deux matinées ». De cette collaboration, Laurent Bultot dit avoir agrandi sa famille : « on avait rendez-vous tous les deux, et on s'est plu ». Il poursuit : « je vois le travail de musicien comme celui d'un artisan, un ébéniste devant son bout de bois. Et Fabien serait lui un tailleur de pierre hors pairs ».  

Le projet Solo Songs est donc constitué de onze titres, autant de moments d'intimité où l'artiste se dévoile. Il dit beaucoup aimer les images, et qu'il écrit des tableaux. Ainsi à chaque piste c'est une invitation dans son univers qu'il gardait comme un jardin secret. Ce disque serait celui de la renaissance : « je me suis rendu compte en écrivant que je faisais un travail sur la mémoire ». Il admet avoir « tombé le masque », et cela sans aucun regret. C'est comme si il recommençait sa belle carrière, avec autant d'appréhension : « je suis pudique, et présenter un nouveau projet ainsi, je me sens comme si je passais une audition ».

A ce jour Solo Songs est financé grâce au soutien de ses fans, et ne tardera pas à tourner sur votre chaîne hi-fi. Sa sortie se fait en deux formats, numérique et physique, car le chanteur se dit attaché à l'objet. Surtout que le CD sera accompagné d'un livret avec ses textes, une autre façon de passer un cap pour celui qui aime tant les mots et leur musicalité. Onze pistes, avec des formats courts ou comme il le dit : « on s'en fiche de la longueur du morceau, c'est comme parler et faire des phrases. Je cherchais à travailler sans contraintes, et quand tu as dit ce que tu avais à dire c'est une liberté que tu savoures ».

Ainsi débute l'aventure Solo Songs, avec de prochaines dates près de chez vous. En live, Laurent sera accompagné d'un deuxième guitariste en la personne de Maxime Mrowiec du Campus des Musiques Actuelles. D'autres morceaux sont d'ores et déjà en chantier, mais pour l'instant le musicien savoure ce moment unique : « où quand je vois le disque, il n'y a que mon nom sur la pochette ». Une nouvelle aventure où public et artiste iront vers de l'intime à la découverte.

X.V.


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...