Huit artistes pour une exposition, et les natures humaines se révèlent à Denain

06/06/2023

Place aux artistes émergeant à la Fabrique des Arts ! La structure denaisienne rassemble jusqu'au 14 août huit plasticiens, pour autant de techniques. Une exposition jeunes talents, où se côtoient photographie, créations au bic, inspiration BD, peinture et collage. Qu'ils soient de formation académique ou autodidactes, les artistes présentés partagent bien plus qu'un seul et même lieu, ils sont réunis sous une thématique commune : « natures humaines ». Focus sur cet ensemble varié avant le vernissage du 9 juin.

Avec ses ateliers, la Fabrique des Arts de Denain est fréquentée tout du long de l'année par de nombreux créatifs. Une solide base de talents qui a donné l'envie de les rassembler dans une seule et même exposition : « c'est une idée de la présidente de l'association Toits et Toiles, Marie-Claire Coquidé », précise à juste titre Rémi Fiquet, commissaire de l'événement. 

« Ils sont jeunes et de proximité », les deux conditions à remplir pour être sélectionné, « car travailler avec les artistes émergents, et de notre territoire, est l'un des axes que l'ont défend », Rémi termine son préambule et entame les présentations. Ils sont huit à être rassemblés sous l'intitulé Natures Humaines : Kristine Gabrielyan, Bénédicte A-G, Hajar Chafi, Nolwenn Parois, François Creton, Maxime Bertrand, Béni Betuku et Léa Delaby. Un ensemble aussi riche que les techniques qu'ils utilisent, ce qui fait dire au commissaire : « quand on vient ici, on révise son histoire de l'art ».



Cette exposition n'est pas un seul patchwork de plasticiens, « nous avons voulu les associer dans un ensemble ». Pour ce faire il a fallu 6 mois de réunions et concertation, et qu'une ligne directrice se développe, « ce fut Natures Humaines, le tout au pluriel ». Car même si les angles et propositions sont aussi variées qu'un catalogue d'arts plastiques, cette jeune génération a de commun que leurs travaux tendent à aller vers l'autre, une démarche personnelle livrée au monde. Ce sont leurs natures, et elles sont définitivement humaines, voilà pour le premier fil conducteur. Vint ensuite l'idée d'associer dans leurs œuvres le personnage qui apparaît sur l'affiche « aux yeux fermés et un peu inquiète ».  

La scénographie est pensée comme un voyage dans notre époque et ses thèmes : réalisme utopique pour les productions au bic de Kristine Gabrielyan, protection de l'environnement avec les photos de Bénédicte A-G, le harcèlement qu'on doit montrer selon Hajar Chafi, la découverte de soi avec les techniques mixtes de Nolwenn Parois, François Creton alias Notrec libère la gestion des émotions, Maxime Bertrand signe de son nom d'artiste NK imagine une nouvelle forme de robotisation, Béni Betuku utilise les influences BD pour créer de façon numérique une traversée désertique, et enfin Léa Delaby va du micro au macro pour modeler le vivant. 

De ces univers variés, Rémi nous dit que Natures Humaines serait le reflet d'un monde qui irait « de l'utopique au dystopique », avec l'agencement de la salle qui nous emmènerait dans une collection de sentiments et d'expressions. 

Pour sceller cette cohésion, chaque partie consacrée à un artiste est agrémentée de textes poétiques rédigés par Nolwenn Parois. Enfin, l'interaction sera de mise également, où à travers divers procédés vous serez invités à vous exprimer sur ce que vous ressentez et quelle place vous vous accordez dans ces Natures Humaines. Il n'y a pas qu'une façon de lier cet ensemble, c'est même de fils conducteurs au pluriel dont on parle, avec une chaîne humaine qui s'est révélée lors du choix des artistes : « par exemple Hajar a proposé Béni, ce dernier a réalisé un stage et nous a présenté ensuite Maxime ». 

Natures Humaines sera visible du 7 juin au 14 août 2023, avec un vernissage le vendredi 9 juin à partir du 17h30 à la Fabrique des Arts, 30 avenue Jean Jaurès à Denain.

X.V.  



On pensait que le concert du 12 juillet à Bellignies serait la dernière date annoncée par Tante Adèle et la Famille avant les vacances. C'est mal connaître les compères en kilt qui nous réservent des surprises. En effet, on apprend que le groupe se produira à la Fête de l'Huma le 14 septembre, et un bus est affrété pour...

La librairie Les Yeux qui Pétillent lance son premier prix littéraire qui vise à récompenser un roman francophone. Un appel est lancé pour constituer un jury, 6 personnes seront retenues parmi les candidatures. Comment postuler et quel est le calendrier mis en place ? Valexplorer vous dit tout sur cette initiative.

Voilà déjà 5 ans que l'équipe de La Barjo réhabilite l'ancienne brasserie Mochez de Onnaing. Parmi les objectifs du lieu, il y a cette envie de monter un centre d'arts. Ce travail de longue haleine touche bientôt à son but, pour ce faire il reste des aménagements de menuiserie, et enfin l'inauguration pourra se faire le 7 septembre....