Compléments d'informations sur Johan Grzelczyk

17/12/2021

De Données Complémentaires à Quelque chose calme lutte, les projets s'enchaînent pour Johan Grzelczyk. A peine ses écrits sont couchés sur papier qu'il s'envolent lors de lectures et performances. L'auteur s'est confié à Valexplorer sur cette riche actualité, une mise en lumière pour celui qui se définit d'ordinaire comme un homme de l'ombre.  

Chez Johan Grzelczyk le mot serait plastique. Il l'écrit, il le lit, c'est une matière dont il travaille la malléabilité. C'est en somme la démarche de son dernier ouvrage intitulé Données Complémentaires, sorti récemment aux éditions Ni fait ni à faire. Ce livre est dans la lignée de Données du réel, sans qu'on puisse le qualifier de suite : « je n'aime pas ce terme, ça voudrait dire que ça compléterait le premier. C'est surtout la poursuite d'un procédé d'écriture ». Une autre formule que Johan rejette est celle d'inspiration : « ce n'est pas approprié à ma démarche. Je regarde ce qui m'entoure et le langage qu'on utilise. Ça sera sans fin, tout du moins tant que j'en éprouve le besoin ». Une façon de confirmer qu'à ce livre, d'autres ont de grandes chances d'y succéder.

Données Complémentaires serait donc un travail plastique comme nous le soulignons plus haut. Outre le soin apporté à figer une prose, il y a aussi ces petits signes qui ne trompent pas, comme ces illustrations de Gregory Valentin qui ouvrent le livre. La technique de l'artiste lillois qui consiste à travailler un texte et ses polices se conjugue à merveille avec la matière première apportée par Johan. Cette association de supports explique d'autant mieux que la sortie de Données Complémentaires n'est pas le bout du chemin pour ses écrits. Il sait les porter au-delà, à travers des lectures, et l'audience qu'il capte lui confirme. Comme ce fut le cas dernièrement à la librairie valenciennoise les Yeux qui pétillent : « on me disait que mes textes se prêtaient très bien à haute voix ».  Même si les écrits restent, la parole prend son envol.

La publication de ce dernier livre est aussi l'occasion de dresser une bibliographie de l'auteur, qui depuis octobre 2019 et la sortie de Données du réel cumule déjà six ouvrages à son nom. Parmi ceux-ci on notera un lien, c'est Johan qui est sollicité pour que son travail soit publié. Ce fut le cas pour Girls Next Door qui résulte d'une demande de Michel Vesina, même scénario pour Pointe Sèche chez les éditions Pariah, « un éditeur dont j'adore les livres », ce qui ne gâche rien au plaisir de l'auteur. Pour son petit dernier, c'est à Ni fait ni à faire qu'il est resté fidèle, le même éditeur qui a également publié tracer_dessiner_écrire.

Début 2022, c'est au Phénix que vous retrouverez Johan Grzelczyk. Il sera aux côtés de Frédéric Dumond et Pascal Pesez pour présenter Quelque chose calme lutte, un ensemble écrit par les trois hommes, et accompagné musicalement par Esteban Fernandez. Cette performance sera présentée le 25 février à 15h dans le cadre du festival le Cabaret des Curiosités. Quelque chose calme lutte est une création qui découle d'échanges à distance en 2019 entre les trois créateurs, « juste une envie d'écrire ensemble » selon Johan. Une envie qui débouche sur une combinaison unique et originale, qui sera un des temps fort de ce début 2022.

Les textes de Quelque chose calme lutte furent tout d'abord exploités par des étudiants de l'université de Valenciennes, dans le cadre d'une maquette du texte mise en pages. Le rendu de ces « onze chants successifs » a révélé un aspect : « on s'est aperçu que c'était un texte qui se prêtait à l'oralité ». Une impression qui se confirma lors d'une résidence au Phénix en octobre 2020, une seconde est prévue en janvier en préparation de la représentation du 25 février. A noter que le 21 janvier, le trio Dumond -Grzelczyk-Pesez sera à la bibliothèque du Mont Houy pour une présentation d'extraits et des lectures d'écrits respectifs.

En multipliant les parutions et les apparitions publiques, Johan Grzelczyk sort de cette ombre dans laquelle il accompagnait artistes et projets pour le Printemps Culturel. Désormais seul ou en collaboration, c'est son travail qui l'amène dans la lumière, matière aussi malléable que les mots.

X.V.  


Le profil de Nicolas Minair réinvente le concept d'artiste local. En effet, c'est en alliant ses passions pour la marche et la littérature qu'il produit ses poèmes comme des instantanés de ses pérégrinations près de chez lui. Chez le poète l'œil et la sensibilité sont pointues, tout comme son amour des mots, en somme il est à la...

Soilio Coulibaly dit Soilioba s'est initié aux arts plastiques dans sa Côte d'Ivoire natale, il s'est ensuite perfectionné au Maroc, pour venir terminer son cursus près de chez nous à l'université du Mont Houy. Depuis riche de son parcours et de ses influences, c'est en citoyen du monde qu'il prend le pinceau à chaque production. Dans son...

« En un tour de Maing », le jeu de mot intitulé du salon mangeois des arts manuels est pensé et assumé par ses organisateurs. Il est aussi depuis sa création devenu synonyme de rendez-vous de qualité, où se découvrent les talents de la commune et au-delà. C'est pas moins de 90 exposants qui ont répondu à l'appel...