Comme-ci comme ça, Johan Grzelczyk allie poésie et arts plastiques

24/04/2024

Pour son nouvel ouvrage paru aux éditions Ni Fait ni à faire, Johan Grzelczyk a réalisé un travail où la poésie s'exprimerait à la façon d'une œuvre plastique. C'est autour de la conjonction « comme » que l'auteur a recherché le terme dans des écrits, pour ensuite le cataloguer, et enfin mettre en forme cet inventaire sous la forme d'une prose. Au final « C'est tout comme » serait une étude de la reconstruction de la poésie, d'occurrences en récurrences, et où le matériau est réapproprié pour laisser place à une création quasi-spontanée. Focus sur une méthode et ses aboutissants avant que Johan présente son livre à la librairie les Yeux qui pétillent de Valenciennes le samedi 27 avril.

Tous les lecteurs vous le diront, à force de se plonger régulièrement dans des livres, on y voit des tics d'écriture, des codes du langage qui reviennent d'un auteur à l'autre, surtout au sein d'un même genre. Johan Grzelczyk lit de la poésie, énormément, et il en produit également, ainsi de strophes en lignes, il a remarqué que la conjonction « comme » revenait souvent. « Quand on compare, c'est généralement là que la poésie commence », selon son expertise de la pratique. Il y a la métaphore ou l'analogie brute, et « comme » viendrait accompagner le souffle du poète. 

Après avoir naturellement remarqué ce point commun à des auteurs classiques ou contemporains, Johan a décidé de les compiler « sans savoir que j'en ferai un livre ». Une étude méticuleuse, d'abord au hasard puis en allant puiser dans sa bibliothèque, « de manière traditionnelle, en notant tout à la main de façon laborieuse, sans aide de l'informatique, réécrire c'est se les réapproprier ». Des notes qui figent, une méthode similaire à celle de l'auteur qui veut graver son inspiration.



Ces « comme » seraient donc un point de départ, avec l'idée de les sortir de leur contexte, « ça ouvre l'imaginaire ». Une question est apparue face à cette accumulation, qu'en faire ? Ainsi après 3 ans de « travail au long court » selon ses termes et une matière brute de 7000 comparaisons, il pu exploiter cette base dans le cadre de la résidence qu'il a effectué en Belgique en février 2023. 

Une étape de défrichage pour en garder la moitié, des classements par sonorité ou par sens, et cette liste qui prenait forme sous sa plume s'est révélée d'elle-même : « c'est bel et bien un poème ». La forme littéraire est ainsi apparue, mais avec une méthode qui relevait des arts plastiques, « ce matériau ne m'appartenait pas, une argile que je sculptais », ainsi rien d'étonnant qu'il parle de la tradition du ready-made associée à Marcel Duchamp.  

Johan étant féru de poésie parle des mouvements et tendances, des formes traditionnelles et de leur émancipation au fil des siècles. C'est avec ce savoir qu'il s'est attelé à cette recherche de déconstruction, qui amène forcément naturellement l'étape suivante : la reconstruction. De plus, ces « comme » qui débutent chaque ligne donnent une sonorité à l'ensemble, ici la rime est au début et fait même office de césure. 

« Au final, c'est peut-être mon œuvre poétique la plus classique », dit-il malicieusement en soulignant ce paradoxe. Il aime en parler tel un « livre d'images », et qu'il serait « artiste dans le sens plasticien ». Alors poésie ou art ? Un peu des deux assurément, comme ci, comme ça. Enfin notez que Johan a tenu à inclure d'une façon les auteurs d'origine, les plumes qui lui ont donné sa matière première sont tous listés à la fin de l'ouvrage, à la manière d'un musicien qui citerait l'origine de ses samples.

Samedi 27 avril Johan Grzelczyk présentera « C'est tout comme » à Les Yeux qui Pétillent sur Valenciennes, dans le cadre de l'opération de la Fête de la librairie indépendante. Il ne saurait donner une lecture entière de son ouvrage, et pour coller au thème de cette année qui est « les animaux », le poète a fait un travail de synthèse sur sa synthèse en ne gardant que les passages relatifs à l'intitulé de l'opération. 

Début 2025, il vous invite à une performance collective à l'université de Valenciennes, où le livre passera de mains en mains et de lecteurs en lecteurs pour que l'intégralité du texte soit déclamé à l'occasion des Nuits de la lecture. Deux rendez-vous pour aller à la rencontre de l'auteur et de son ouvrage, comme bon vous semble.

X.V.



Les Agités du Mélange vous connaissez, c'est ce festival basé à Fresnes sur Escaut qui pratique un véritable esprit d'éclectisme en proposant musiques et arts plastiques, expos et ateliers, où on se dépense et même on prend le temps de se détendre. Le principe est acquis, mais attention aucune édition ne ressemble à une autre, c'est pourquoi nous...

A l'H du Siège les 14 et 15 juin sont annoncés rencontres, ouverture d'atelier, et évidemment visites d'expositions. Un programme comprenant une mise en lumière des plasticiens qui sont suivis par la structure valenciennoise, à divers étapes de leur pratique.

Les arts plastiques sont une des pierres angulaires du festival des Agités du Mélange, et à Fresnes sur Escaut deux lieux symbolisent l'attachement à cette pratique avec le Musée Vivant des Enfants et le QuARTier. C'est sur le site de ce dernier que se sont tenues les premières éditions du festival, pour que les visiteurs puissent passer...