Brel à l'espace Barbara pour un spectacle de langue vivante

05/05/2022

« On a vu souvent rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux », dans le cas des écrits de Jacques Brel, leur intérêt n'a pas tari plus de quarante ans après sa disparition. Ceux qui connaissent l'auteur savent qu'il était également un homme de planches, dans l'Homme de la Mancha, mais surtout dans les interprétations de ses chansons qui étaient autant jouées que chantées. Ainsi lorsque le metteur en scène Jean-Marc Chotteau a pris le parti de faire jouer les textes du grand Jacques à ses acteurs, c'est comme une évidence qui s'est imposée. Le spectacle « Brel est une langue vivante » est là pour le prouver, comme vous pourrez le constater lors de la représentation de ce 13 mai à l'espace Barbara de Petite-Forêt.

Jean-Marc Chotteau est notamment connu comme le directeur de La Virgule, le centre transfrontalier de création théâtrale de Mouscron-Tourcoing. Il est aussi amené à travailler à l'étranger, comme lorsqu'il fut convié en Macédoine du Nord, où on lui a proposé de mettre en scène des textes d'un poète français, dans la lignée de sa création sur Prévert intitulée Je dis tu. A la consigne « français », Jean-Marc a entendu francophone, et c'est outre-Quiévrain qu'il a été chercher son inspiration avec les textes de Jacques Brel. « Il n'avait pas de leçon à recevoir », dit le metteur en scène sur le chanteur belge, « il interprétait comme un comédien ». Des mimiques de la soupe froide consommée par Ces gens-là, au paquet de Bonbons tenu délicatement du bout des doigts, les concerts étaient autant des expériences auditives que visuelles. De cet héritage, le metteur en scène a convié les comédiens Carole Le Sone et Éric Leblanc à composer autour d'une sélection d'écrits.


Publicité
Publicité

« Ce n'est pas un biopic », insiste Jean-Marc Chotteau. L'idée est de se réapproprier les chansons en les disant, et ainsi permettre au public de les redécouvrir. De la main tendue à Jef, au rythme haletant de la Valse à mille temps, le jeu des acteurs révèle ce qui existait déjà, c'est à dire une théâtralité puissante des textes. En un peu plus d'une heure, Carole Le Sone et Éric Leblanc seront beaux, beaux et cons à la fois, « l'un parle à l'autre, et se confient même au public. On est dans une forme qui pourrait s'apparenter au stand-up », explique le metteur en scène. Il utilise un terme du vocabulaire des gens de la scène pour décrire cette création de « légère, car il n'y a pas une grosse scénographie », c'est le jeu et les mots portés qui sont au centre de Brel est une langue vivante. « On retrouve dans les chansons des évolutions dramatiques, dans son sens originel de Drama qui définit le temps qui passe », ainsi vous aussi vous attendrez Madeleine en regardant partir le dernier tramway.

Il n'y a pas que les textes des chansons qui composent cette création, Jean-Marc Chotteau a aussi été puiser dans des interview, et dans le journal intime de Brel partagé publiquement par sa fille France. Ainsi des notes biographiques viendront planter le décor, de l'anniversaire de ses 13 ans qui correspondait à l'hospitalisation de sa mère, jusque son dernier Olympia et son départ pour les Marquises. « On ira de climats tragiques à des choses plus légères », explique Jean-Marc. Le spectacle présenté ce 13 mai à l'espace Barbara a déjà reçu de nombreuses éloges, du public et d'amateurs du grand Jacques tel l'ancien maire de Tourcoing, Jean-Pierre Balduyck. « Il n'a pas tari d'éloges, en me disant que le spectacle servait Brel en lui donnant une nouvelle couleur ». Enfin la musique n'est pas oubliée, car même si les écrits sont joués et non pas chantés, quelques notes viendront habiller le tout, « on garde la mémoire des chansons, la dimension musicale ne pouvait être négligée ».

Brel est une langue vivante se jouera ce vendredi 13 mai à l'espace Barbara, mise en scène de Jean-Marc Chotteau, avec Carole Le Sone et Éric Leblanc. Infos et réservations aux liens ci-dessous.

X.V.


Encore la vie est un spectacle comme le Phénix aime les recevoir. A la croisée des disciplines, nous ne sommes plus vraiment dans des rythmes, ni juste dans du cirque. C'est une forme hybride et entière, volante et percutante, que cette création à voir pour deux dates ces 11 et 12 octobre.

Initiées par le département du Nord, les Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes permettent à la fois de découvrir l'intimité des artistes, leur démarche, et de permettre à certains d'exposer leurs travaux pour la première fois. C'est le cas de Anne Bultot, qui saute le pas à Saint Saulve, un élan amené grâce à sa participation aux ateliers de la...

C'est une grande et belle offre culturelle qui arrive pour les plus jeunes dans les semaines à venir. Énormément de spectacles leur seront consacrés, et ce calendrier débutera le 10 octobre avec le Festival Itinérant de Marionnettes. C'est déjà la quatorzième édition de ce rendez-vous organisé par la compagnie Zapoï, et pour cette année sa...